Clément Poitrenaud - toulouse - 17 aout 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14 > - Toulouse

Top 14, Stade toulousain: Poitrenaud, le pari de la confiance

Poitrenaud, le pari de la confiance

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/09/2013 à 19:25 -
Par Midi Olympique - Le 19/09/2013 à 19:25
L’arrière du Stade toulousain a prolongé son contrat pour deux années supplémentaires. Une preuve de confiance du staff, qui renouvelle une complicité longue de presque quinze ans. Agé de 31 ans, Clément Poitrenaud aura effectué toute sa carrière dans le même club. Un parcours rare, révélateur d’un engagement sans faille.

Depuis le début de la saison, les jeunes du Stade toulousain font parler d’eux, à l’instar de Tolofua, Baille, ou encore Galan. Mais cette relève n’aurait sans doute pas pu émerger si elle ne s’était pas inspirée de l’expérience et du parcours de certains membres de l’équipe. Car il y a quelques années, des joueurs devenus internationaux signaient leurs premiers matchs professionnels sous le maillot Rouge et Noir. Guy Novès se souvient par exemple des débuts de Michalak, Jeanjean et Poitrenaud, qui remportaient leur premier Bouclier alors que ce ne sont que "trois gosses de 18 ans". L’un d’entre eux n’a d’ailleurs jamais quitté son club de cœur. En effet, Clément Poitrenaud a prolongé cette semaine son contrat de deux saisons supplémentaires avec son équipe de toujours. Pour lui, le Stade toulousain a encore de nombreux défis à lui offrir. Alors qu’il finira très probablement sa carrière sous les mêmes couleurs que lorsqu’il a touché ses premiers ballons, l’arrière français a su gravir tous les échelons jusqu’au XV de France, qu’il n’exclut pas retrouver un jour. Et malgré des revers entachant un parcours exemplaire, comme son geste malheureux qui avait coûté la finale de la H Cup à son équipe face aux Wasps en 2004 ou son mauvais appuis qui s'était soldé par une fracture de la malléole face à Perpignan en 2008, Poitrenaud a toujours redoublé d’efforts pour prouver qu’il avait sa place au haut niveau.

Novès: "Il ne joue pas parce que c’est un pote, mais parce qu’il est le meilleur"

Sa persévérance lui a permis de conserver la confiance du staff toulousain et en particulier de Guy Novès: "Il ne joue pas parce que c’est un pote, mais parce qu’il est le meilleur". L’arrière avoue être très attaché à son club formateur. "Il y a toujours eu une entente mutuelle" confirme-t-il. Sans complexe, le joueur avoue avoir été approché par d’autres formations. Mais, qu’importe l’attraction financière, son lien affectif avec Toulouse  ne s’est jamais dissipé: "Je ne suis pas toujours allé vers le club le plus offrant, mais vers celui qui était le plus juste dans ses propositions. Il faut que tout le monde y trouve son intérêt". Un dévouement pour son club qui suscite le respect de ses coéquipiers, à l’instar de Maxime Médard : "Je suis assez admiratif de Clément, qui a fait toute sa carrière au Stade toulousain". L’ailier international, quant à lui, trouverait "plaisant" d’évoluer dans un autre championnat une fois son contrat terminé, en 2015.

Quoi qu’il en soit, Clément Poitrenaud ne compte pas s’effacer au sein du groupe. Et alors qu’il s’approche de l’âge auquel ses ex-coéquipiers Jauzion, Garbajosa, ou Heymans ont mis fin à leur carrière sportive, l’arrière concède : "pour l’instant, je ne pense pas à une reconversion". Le message est clair : Clément Poitrenaud ne compte pas raccorcher les crampons tout de suite.