Albacete - Toulouse - 15 décembre 2012 - Icon Sport
 
Top 14 > - Toulouse

Top 14, Stade toulousain - Patrico Albacete: "Personne n’a trahi Phelan"

Albacete: "Certains ne se rendent pas compte de la difficulté du Top 14"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/10/2013 à 15:39 -
Par Midi Olympique - Le 23/10/2013 à 15:39
Exempt du déplacement aux Saracens en Coupe d’Europe, le deuxième ligne argentin du Stade toulousain, Patricio Albacete fait son retour dans le groupe toulousain pour la réception de Toulon. Le Puma en a profité pour revenir sur un Four-Nations délicat...
 

Après une semaine d’absence, vous retrouvez le groupe, quel est votre sentiment ?

Patricio ALBACETE: Je suis content, très content d’être de retour ! J’ai bien récupéré du Four-Nations, je me sens en pleine forme. Après mon retour face aux Zebre, j’ai eu une petite infection qui a nécessité une petite opération, mais rien de grave. Pour comparer, je me sens bien plus en forme que la saison dernière, juste après mon retour du premier Four-Nations.

Comment avez-vous vécu ce Four-Nations ?

P.A.: C’était compliqué. Sur un plan personnel, je me suis blessé au premier match, après dix minutes de jeu, et je n’ai pas rejoué avant le dernier match. Je savais que je prenais un risque en jouant ce premier match, car j’étais insuffisamment remis d’une blessure au mollet. Résultat, je me suis déchiré l’ischio-jambier, sur la même jambe ! Ce n’était pas facile de voir mes coéquipiers souffrir sur le terrain et ne rien pouvoir faire pour les aider. C’est la première fois que l’Argentine perdait aussi lourdement (73-13 en Afrique du Sud, NDLR.)... Heureusement, le groupe a su réagir, la semaine suivante, mais cela n’a pas suffi pour gagner... (défaite 17-22, NDLR.).

Le sélectionneur Santiago Phelan a démissionné en prétendant que des joueurs l’auraient trahi...

P.A.: Je ne suis pas d’accord. Personne ne l’a trahi. Et puis cette démission est un choix personnel. Quand tu démissionnes, tu ne peux pas rejeter la faute aux autres : il faut assumer. Il nous laisse un peu dans la galère pour les tests de novembre, donc ce n’est pas "top" de sa part.

Quel regard avez-vous porté sur la performance de vos coéquipiers à Wembley ?

P.A.: Je leur tire mon chapeau. Le match était très intense. Les cinq dernières minutes furent littéralement irrespirables. Je ne tenais plus en place !

Qu’est-ce que cette victoire a changé ?

P.A.: Beaucoup d’observateurs passaient leur temps à pointer le fait que nous n’avions pas encore gagné à l’extérieur. Mais ils oubliaient que nous avions remporté tous nos matchs à domicile, et avec le bonus offensif ! Certains ne se rendent pas compte de la difficulté de ce championnat.

Toulon, qui vous avait éliminé en demi-finale de Top 14 l’année dernière, se présentera ce week-end à Ernest-Wallon. S’agira t-il d’une revanche ?

P.A.: Non... il faut accepter le fait qu’ils étaient meilleurs que nous l’année dernière. Ce n’est plus la même saison. Personnellement, je ne pense pas à cela. J’essaye de me concentrer sur mon retour, pour apporter le maximum à l’équipe. Toulon vient de perdre à Cardiff en Coupe d’Europe. Ils viendront à Toulouse avec la ferme intention de gagner.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×