Joie Jean-Francois Coux - 27.07.2013 - Clermont Auvergne Oyonnax -Match de preparation - 20132014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Top 14, Match 2e journée USO-Clermont (30-19): Oyonnax, quelle sensation !

Oyonnax, quelle sensation !

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/08/2013 à 18:04 -
Par Rugbyrama - Le 24/08/2013 à 18:04
Les Oyonnaxiens ont réussi leur première à domicile en Top 14, s'offrant avec la manière les Clermontois, vice-champions d'Europe en titre (30-19).

Pour sa première à domicile dans le Top 14, le promu Oyonnax a marqué les esprits en prenant le dessus sur Clermont (30-19), lors de la deuxième journée du championnat. La conquête haut-bugiste a été dominatrice face à la puissance clermontoise. Les coéquipiers d’Elvis Vermeulen, capitaine d’un jour côté asémiste, ne sont jamais réellement rentrés dans cette partie. Surtout, ils ont été asphixiés dans le premier acte part des Oyonnaxiens agressifs et largement dominateurs dans la possession de balle. Efficaces, ces derniers marquaient deux essais pour creuser un écart insurmontable à la pause (20-0). Clermont ne s'en est jamais relevé et n'a même pas pu récupérer le bonus défensif.

Nous sommes en fin de première mi-temps. Clermont vient d’encaisser deux essais et semble atone, complètement hors du coup. Une image à elle toute seule vient résumer ce premier acte. Le deuxième ligne des Jaune et Bleu, Nathan Hines, pourtant d’habitude si conquérant, recule à l’impact malgré sa prise d’élan. Car aujourd’hui, Oyonnax était un mur. S’il a fallu quinze minutes aux deux équipes pour faire connaissance, il n’a pas fallu longtemps en revanche pour que la formation du coach Christophe Urios saisisse les rênes du score. En quatre minutes, entre la 16e et la 20e, les coéquipiers d’Augustin Figuerola, demi de mêlée dynamiteur des Rouge et Noir, franchissaient la ligne par deux fois. Le talonneur, Jody Jenneker, au four et au moulin, puis l’arrière Florian Denos, étincelant aussi à l’arrière, régalaient le public de Charles-Mathon. À 14-0, les "Ici, ici, c’est Oyonnax" retentissaient déjà. Surtout que la révélation de l’année dernière en Pro D2, l’ouvreur Benjamin Urdapilleta, convertissait chaque pénalité. 20-0 à la mi-temps. Comme un bis repetita du match amical disputé un mois plus tôt.

La vidéo, encore et toujours

S’il n’y a pas eu photo sur la physionomie de la rencontre, la vidéo a encore été, une fois depuis ce début de saison, le 31e homme du match. Ursache, Denos (à nouveau) et Cibray, sont tous allé à dam. Mais seule la réalisation du premier nommé a été validée (67e) entrecoupant le match au grand désespoir des supporters... et télespectateurs.

Que dire de Clermont ? Malgré deux essais de Vosloo (44e) et Stanley (79e), seul Clermontois à avoir surnagé durant la partie, les vice-champions d’Europe ont été pris de vitesse. Chose d’autant plus significative: leur mêlée, pourtant réputée comme souveraine, n’a que peu résisté face aux coups de boutoirs des avants oyonnaxiens. Les nombreuses pénalités encaissées, ajoutées à un énervement et une frustration certaine, n’ont fait que souligner le manque d'automatismes d’une équipe encore en préparation. Vern Cotter a du pain sur la planche avant la venue du Stade toulousain, le week-end prochain. Oyonnax, lui, a prouvé qu'il serait redoutable sur ses terres et difficile à renverser à Charles-Mathon.

Icon Sport