Guilhem Guirado - Perpignan - 12 avril 2014 - Icon Sport
 
Top 14

Top 14 - Guilhem Guirado (Perpignan) et la standing ovation d'Aimé-Giral

Guirado et la standing ovation d'Aimé-Giral

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/04/2014 à 14:13 -
Par Clément Mazella - Le 13/04/2014 à 14:13
Le public de Perpignan a rendu un très bel hommage à Guilhem Guirado, son talonneur, qui disputait samedi son dernier match à Aimé-Giral. Belle émotion.
 

Le capitaine de l'Usap Guilhem Guirado, enfant de Céret près de Perpignan, a vécu avec une grande émotion son dernier match en "Sang et Or" à Aimé-Giral, conclu par une victoire vitale pour le maintien contre Oyonnax (22-12), samedi. Le talonneur, qui partira pour Toulon à la fin de la saison, a été un des grands hommes de ce succès difficile mais crucial contre un concurrent direct. "J'ai un sentiment mitigé. Content d'avoir gagné et de ne pas leur avoir laissé le bonus défensif, mais, rien n'est pour autant joué pour le maintien", a expliqué le joueur après la rencontre.

Guirado, qui a grandi à Arles-sur-Tech près de Céret, a été sur tous les fronts pendant une heure. Agressif, il avait donné le ton du match dès la deuxième minute en envoyant valdinguer Urdapilleta, l'ouvreur oyonnaxien. Filou, il avait inscrit le seul essai du match au terme d'une combinaison en touche. Précis en touche, combattant, le talonneur est sorti par la grande porte. "J'ai toujours peur quand je joue ici à Aimé-Giral, avait-il déclaré dans la semaine. Toujours peur de ne pas bien faire dans ce stade. Avec tous les grands joueurs qui sont passés ici, oui j'ai toujours peur". Le public catalan ne s'y est pas trompé en lui offrant une standing ovation lors de son remplacement à la 59e minute, ses derniers pas à Aimé-Giral.

Guirado: "Beaucoup d'émotions"

"C'est vrai, il y avait beaucoup d'émotions", a reconnu le capitaine de l'Usap, les larmes aux yeux, confiant avoir pensé, lors de sa sortie sous les vivats, à sa famille, au soutien de sa femme, à sa petite fille et aux efforts financiers de ses parents pour lui permettre de jouer à Perpignan. A 27 ans, l'international aux 20 sélections va quitter son club le coeur serré et déçu par ses dirigeants. "Des choses se sont passées, avait-il déclaré à L'Équipe début mars. Je donnerai peut-être plus d'explications quand je serai parti, mais ça ne s'est pas très, très bien passé". "Je suis un joueur de passage. Certes cela fait longtemps que je suis au club, mais l'Usap a plus de cent ans et je suis minuscule par rapport à ce qu'est ce club et ce qu'il m'a apporté. Je m'en moque un peu d'avoir marqué un essai pour ma dernière ici, ce que je veux c'est que l'on soit maintenu dans trois semaines."

En attendant, il veut partir en laissant Perpignan dans une élite que l'Usap n'a plus quitté depuis 1911. Pour assurer le maintien, les Catalans doivent s'imposer samedi au stade Monjuic de Barcelone contre Toulon. Ou à Clermont lors de la dernière journée. Avec 50 points, les Perpignanais n'ont que deux points d'avance sur la zone rouge à deux journées du terme de la saison régulière du Top 14. "Ca va être un très très gros match, a insisté le capitaine. Il faut en mesurer l'ampleur. Je l'ai dit aux copains dans les vestiaires: je suis content de ce que l'on a fait (contre Oyonnax), mais si on ne veut compter sur personne, mais uniquement sur nous-mêmes, il faut faire le plus gros match de la saison contre Toulon".

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×