Francois Trinh Duc - 25.01.2014 - Montpellier Bordeaux - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Top 14, Bordeaux-Bègles: Si la défense s'y met aussi...

Bordeaux-Bègles: Si la défense s'y met aussi...

Par Julian Vicente
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/02/2014 à 12:18 -
Par Julian Vicente - Le 26/02/2014 à 12:18
Saluée d'ordinaire pour son jeu offensif, la prestation défensive de l'UBB face au Racing (25-9), "une nouvelle arme" selon son capitaine Matthew Clarkin, peut lui ouvrir de nouvelles perspectives printanières.

On ne le saura que dans quelques semaines mais peut-être que la boue du stade André-Moga a fait office de déclic samedi dernier dans les rangs bordelais. Partis pour envoyer du jeu au large, l'état de la pelouse a freiné au bout de vingt minutes les ardeurs des Girondins, obligés de passer au plan B: fermer les vannes. "Dans l'envie, vu les conditions de jeu, c'est surement le meilleur match défensif de l'UBB en Top 14, confirme Clarkin. On a montré de la fierté pour garder notre ligne inviolée, c'était positif, on ne s'est pas senti en danger quand ils ont commencé à pilonner".

L'apport de Joe Worsley

"Tout le monde était en place, savait ce qu'il avait à faire, avait envie d'avancer en défense, a poursuivi le Néo-Zélandais. Les seuls moments où on s'est mis en danger, c'est quand on s'est mis à la faute, bêtement car ils n'avançaient pas, malgré de multiples phases de jeu". Certes, ce n'était qu'un Racing remanié mais ça en dit long sur l'état d'esprit qui règne dans ce groupe cornaqué défensivement par le champion du monde anglais Joe Worsley.

Arrivé dans les bagages de Raphaël Ibanez en 2012, le travail de l'ancien flanker des Wasps est en train de porter ses fruits au meilleur moment pour Bordeaux-Bègles, plus que jamais en embuscade dans la course au Top 6. Changement d'habitudes, d'attitudes, de systèmes, confiance dans le partenaire, "Joe a amené tout un travail de réflexion pour mettre en place des exercices selon les attaques que l'on rencontre les week-ends", reconnaît le 3e ligne aile Louis Benoît Madaule.

Clermont, le vrai test

"Techniquement, il a mis en place ce que les Anglais appellent les 'skills' pour être plus performant sur l'homme à homme, gagner ses duels, éviter de les perdre car c'est là que le décalage se crée", détaille-t-il. Avec 22 placages réussis, pour la plupart offensifs, répertoriés face au Racing, le talonneur samoan Ole Avei a montré l'exemple et jeté les bases d'un rugby futur plus complet et efficace. "Depuis que je suis à Bègles, on maîtrise pas mal notre jeu offensif mais ce n'est que la moitié du boulot, souligne Clarkin. Le côté défensif, la conquête, on ne les travaillait pas trop avant, on privilégiait les autres secteurs".

De là à voir plus haut encore ? "Pour l'instant, on est candidat à gagner un maximum de matches, tranche Madaule. Là où on va se rendre compte qu'on peut espérer le Top 6, c'est quand on sera constant dans la performance. Nos portés sont positifs, nos mêlées arrivent à nous donner des ballons pour lancer le jeu et on a une bonne défense. Il faut répéter tout ça pour espérer quelque chose". Clermont sera donc un vrai test samedi pour ces Bordelais devenus ambitieux.

Benson Stanley - clermont bordeaux bègles - 4 mai 2013
Benson Stanley - clermont bordeaux bègles - 4 mai 2013 - Icon Sport
 
 

commentaires


  • protea353326/02/2014 18:43

    Un équipe ce n'est pas 15 ou 20 stars, c'est 30 types, prêts à tout donner pour le mec d'a côté. C'est le cas à Begles, continuez à travailler avec humilité, sans vous retourner.

  • ximista6426/02/2014 11:35

    Ni de bordeaux ni de Clermont mais passionné par notre jeu et me tarde de suivre la confrontation de samedi entre deux belles équipes qui pratique un beau rugby. Une petite bière, quelques crêpes au coin du feu et un bon match, le paradis quoi !!

  • tata_201126/02/2014 11:16

    Je valide, et comme je le disais on ne peut pas se permettre trop de blessés, surtout à certains postes (10, pilier, 15 ou 14)...