Juandre Kruger (Racing) à l'entraînement - Icon Sport
 
Top 14

Top 14 - Au Racing, on ne rigole plus du tout

Au Racing, on ne rigole plus du tout

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/05/2014 à 17:34 -
Par Clément Mazella - Le 06/05/2014 à 17:34
Giflé samedi à Montpellier (44-10), le Racing-Metro a reçu un gros coup sur la tête avec la perte de sa quatrième place. Ce mardi, les Franciliens se sont remis au travail dans le plus grand sérieux lors d’un entraînement musclé en vue du barrage à Toulouse.
 

La claque reçue samedi au stade Yves-du-Manoir a laissé des traces dans les têtes franciliennes. Trois jours après, la déception se lisait encore parfaitement sur les visages, graves et concentrés, des Racingmen. Si près, la bonne humeur et la franche camaraderie qui accompagnaient les dernières séances d’entraînement paraissaient déjà loin ce mardi, laissant place à un sérieux des plus absolus et surtout un engagement d’une rare intensité pour un entraînement. Comme pour mieux évacuer la frustration d’avoir manqué un barrage à domicile qui leur tendait les bras.

"Je crois que s’il n’y a pas d’implication une semaine de phases finales, il n’y en aura jamais. On a vu beaucoup d’engagement et d’envie dans cette séance qui a été très bonne, confirme le centre Henry Chavancy. On n’a pas fait ce qu’il fallait à Montpellier, on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes et on doit redoubler d’efforts cette semaine pour aller à Toulouse et donner tout ce qu’on a". Sur le terrain, le coentraineur Laurent Travers a d’ailleurs donné le ton pour le barrage à Toulouse, en motivant très sérieusement ses hommes.

Friction entre Sexton et Kruger

Plus que la défaite en elle-même, c’est surtout la manière et l’écart qui fait tâche. À Montpellier, le Racing, jusqu’alors meilleure défense du Top 14, a pris l’eau sur des erreurs bêtes et subi sa plus lourde défaite de la saison. Les Franciliens se sont déçus et se savent attendus au tournant, ce qu’admet le troisième ligne Bernard Le Roux. "On prépare un grand match à Toulouse et il y a forcément beaucoup de pression et d’agressivité. On est arrivé à Montpellier très confiants après nos cinq victoires d’affilée, on a manqué d’envie de jouer et cette claque nous a peut-être fait du bien. Nous devons être plus concentrés et précis cette semaine car nous ne voulons pas faire le même match que samedi".

Une tension qui s’est vraiment ressentie lorsque, en pleine opposition, Jonathan Sexton est venu hurler dans les oreilles de son deuxième ligne Juandre Kruger. Une attitude pas du goût du géant Sud-Africain et qui a donné lieu à une altercation entre les deux hommes, qui ont dû être séparés. Pas de quoi détendre l’atmosphère, certes, mais le signe, aussi, d’un groupe vexé de n’avoir pas pu s’offrir un dernier match à Colombes et bien décidé à réagir. L’orgueil, un levier qui devrait fonctionner à plein régime durant toute la semaine du côté du Racing.

Jonathan Sexton à l'entraînement du Racing
Jonathan Sexton à l'entraînement du Racing - Icon Sport
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×