Joie Luke McAlister - Toulouse Castres - 21 septembre 2013 - Icon Sport
Top 14

Stade toulousain-Castres (26-9) - Jeu de mains, jeu de Toulousains

Jeu de mains, jeu de Toulousains

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/09/2013 à 18:00 - Publié le 21/09/2013 à 17:38
Par Rugbyrama - Le 21/09/2013 à 18:00

TOULOUSE-CASTRES (26-9), L'ANTISECHE: notre analyse, nos choix, notre mauvaise foi. En attaque, Toulouse s'est montré inspiré pour prendre le bonus offensif.

LE JEU : Toulouse, le travail dans l’axe

Les deux derniers champions de France ont insufflé beaucoup de rythme à cette rencontre, ce qui a plutôt surpris. Depuis l’entame de la saison, les deux équipes se distinguaient plutôt par leur solidité défensive, le CO étant notamment le maître en la matière. C’est en toute logique que le premier acte, pourtant disputé, fut marqué par un score étriqué et il fallut une inspiration de McAlister pour voir Doussain franchir l’en-but tarnais, à la demi-heure de jeu. S’il s’avouait dangereux à plusieurs reprises, Castres a perdu trop de munitions, notamment dans les phases de conquête. Que ce soit en touche ou en mêlée fermée, le CO a fait preuve d’une fébrilité inhabituelle.

Toulouse, lui, a monopolisé le ballon mais son déchet technique a sauté aux yeux. L’envie était là mais il a éprouvé des difficultés dans l’enchaînement et la continuité des passes après contact. En seconde période, les hommes de Novès ont su faire un gros effort dans l’axe des rucks pour mettre les Tarnais sur le reculoir. Dans ce cas de figure, ils sont inarrêtables. Dominant les débats et jouant dans l’avancée, Toulouse s’est alors montré irrésistible, grâce également à une mêlée conquérante. Et les deux essais de McAlister et Camara sont venus récompenser une grosse débauche d’énergie mais aussi une volonté permanente de mettre du rythme et de jouer debout. Le bonus offensif semble somme toute logique.

LES JOUEURS : McAlister, indispensable

Luke McAlister a été une nouvelle fois déterminant. Offensivement, c’est un danger permanent, agressant sans cesse la défense adverse et prenant régulièrement la ligne d’avantage. Décisif sur l’essai de Doussain, auteur d’un essai et de 16 unités au total, le All Black est sans aucun doute l’homme du match. Médard s’est souvent proposé en attaque et sa vitesse lui a permis de faire plusieurs fois la différence. Sur l’aile opposée, on n’a pas vu Gear. Poitrenaud a été adroit sous les ballons hauts et a essayé de relancer régulièrement. Devant, Galan a très bien trié les ballons et sa puissance a mis la défense castraise sur le reculoir. Tolofua s’est encore montré très actif mais a encore perdu plusieurs ballons en touche. Johnston et Ferreira ont bien fait le travail en mêlée. Enfin, très grosse activité de Lamboley, royal dans le jeu en mouvement des Toulousains.

Côté castrais, on avait décidé d’aligner un banc de touche très fort. Son apport n’a pas eu l’effet escompté puisque Toulouse a fait la différence en fin de match. Rallier s’est démené mais a été imprécis sur ses lancers en touche. Taumoepeau et Lazar ont souffert en mêlée alors que Gray a été plutôt discret. Bonne copie pour Borman et Caballero. Talès a souffert de la comparaison avec McAlister alors que Kirkpatrick et Evans ont tenté beaucoup de choses. Dulin, dynamique et adroit sous les chandelles, n’a toutefois pas su faire la différence.

LA STAT : 20

A la maison, Toulouse est intraitable. Et les statistiques sont incroyables : 20 points pris sur 20 possibles. Du grand art, d’autant que Castres ou le Racing sont venus avec des ambitions à Ernest-Wallon. Prochaine réception des Toulousains : le Stade français. Les Parisiens sont prévenus…

LE TOURNANT QUI N’A PAS EU LIEU: Le surnombre gâché pour Grosso

15e minute de la rencontre. Le match était alors cadenassé et le score de 3-0 pour Toulouse. Sur un ballon gratté dans un ruck, Richie Gray servait Kirpatrick pour Lamerat. Avant de tomber, il servait avec une chistera de nouveau le deuxième ligne écossais qui voyait un surnombre de trois contre deux et tentait une passe sautée pour son ailier Rémy Grosso en bout de ligne. Devant leur ligne d’en-but, Médard et Fickou résistaient à l’ancien lyonnais et l’envoyaient en touche.

LE TWEET QUI A TOUT COMPRIS: Le science de Novès

Ancien trois-quarts centre passé par le Stade français, Castres et Lyon, Nicolas Raffault a porté son regard avisé sur la rencontre. Devant, son poste de télé, les consignes du manager toulousain, Guy Novès, ne lui ont pas échappé. Après le deuxième essai, le staff haut-garonnais souhaitait aller chercher le bonus offensif. Mission réussie en fin de match grâce à Yacouba Camara.

 

LA DECLA: Clément Poitrenaud (Toulouse)

"On a du mal en déplacement et à domicile on réussit plutôt pas mal puisque même les grosses écuries du championnat, on arrive à les battre. Ce sont des points importants qui nous permettent de rattraper nos mauvais matchs à l’extérieur. On est à la septième journée déjà, c’est normal que notre jeu commence à se mettre en place".

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×