Lionel Beauxis - Toulouse - aout 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Oyonnax-Toulouse (19-19), l'antisèche - Beauxis, un coup de pied qui aurait pu tout changer

Beauxis, un coup de pied qui aurait pu tout changer

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/04/2014 à 19:16 -
Par Clément Mazella - Le 19/04/2014 à 19:16
A la dernière seconde, Lionel Beauxis a raté la balle de match. Un échec aux conséquences facheuses pour Toulouse. Oyonnax peut souffler un peu. L'antisèche.
 

Le jeu: Coup(s) de pied et grosse agressivité

Une victoire se joue à peu de chose. A des détails. Surtout quand l'enjeu est terrible pour les deux équipes. A l'ultime seconde du match, Toulouse aurait pu signer une magnifique performance - dans un stade où Clermont, Toulon ou Castres ont chuté - si son ouvreur, Lionel Beauxis, n'avait pas totalement raté les perches sur une pénalité aux 40m. Un échec aux multiples conséquences. Toulouse aurait pu avoir son destin en mains pour un éventuel barrage à domicile. Là, sa qualification n'est pas encore assurée. Pour Oyonnax, le maintien se jouera sur un coup de dés. Le moindre point sera vital. Il n'y a pas grande différence entre un bonus défensif et les deux unités d'un résultat nul. Mais dans un championnat tellement serré, tout comptera au final. Et vu son engagement, son envie et son sens du combat, Oyonnax ne méritait pas de perdre.

Les joueurs: Doussain brille en 10

En l'absence de McAlister, Doussain a été préféré à Beauxis pour occuper le poste d'ouvreur. Choix payant de Guy Novès. L'international a marqué les 19 points de son équipe, avec notamment un bel essai en prenant le dessus sur son vis-à-vis, Urdapilleta. Deux échecs au pied certes, mais une copie de qualité. Grosse activité en défense de Qera et Camara, utile également dans le secteur de la touche. Maestri et Albacete ont dû énormément batailler dans le jeu au sol. Les trois-quarts n'ont pas eu beaucoup d'occasions pour briller, seuls Fritz et Gear sortant leur épingle du jeu.

A Oyonnax, Urdapilleta a alterné le bon et le moins bon. Précis en au pied, il a eu en revanche pas mal de déchet dans le jeu. Ursache a ferraillé mais a été pénalisé à quatre reprises. Lassalle a abattu un travail considérable, tout comme Diaby. Derrière, notons la performance de Tian, très en vue en attaque et qui s'est avoué toujours dangereux dès qu'il touchait le ballon.

Le tournant qui n'a pas eu lieu: l'essai refusé à Aguillon

A la 74e minute, Charles-Mathon explosait. Pierre Aguillon ramassait le ballon à 3m de l'en-but toulousain et s'envolait entre les poteaux. Sauf que M. Clouté, l'arbitre, faisait appel à la vidéo. Pour une action litigieuse de Tian au niveau des 30m. Au final, sur les images, Cibray commettait un très léger en-avant. L'essai était donc refusé. De manière pas si illogique. Le public d'Oyonnax ne pouvait que se montrer déçu.

Le tweet: Beauxis dans le viseur

Mauvaise foi ? A vous d'en juger. Pour info, Lionel Beauxis jouera à Bordeaux-Bègles l'an prochain et le club girondin peut chiper la sixième place aux Haut-Garonnais.

La stat: 41%

Soit le pourcentage d'occupation des Toulousains dans le premier acte. Alors qu'ils bénéficiaient de l'avantage du vent... Comme face au Munster en H Cup, les Haut-Garonnais ont pêché dans ce secteur, alors qu'ils auraient pu éloigner bien plus régulièrement la pression des Oyonnaxiens, notamment dans le jeu au sol.

La question: A qui la plus mauvaise opération ?

On serait tenté de dire pour Oyonnax. Pourquoi ? Parce que le club de l'Ain joue sa survie dans l'Elite. Et que ce match nul est concédé à domicile. Un succès lui aurait permis de se donner de l'air avant un déplacement à Brive qui ne sera vraiment pas simple. Mais ce samedi, à 17h, l'USO pointe au onzième rang au classement. Et regardera de très près les résultats de Perpignan, Bayonne et Grenoble. Pour Toulouse, le nul n'est pas non plus une belle opération. Le Stade est contraint au carton plein contre Grenoble s'il veut déjà assurer sa qualification. Pour le barrage à domicile, cela paraît quasiment utopique.