Une mêlée entre Oyonnax et Montpellier dans le Top 14 - AFP
 
Top 14

New Deal : les mesures qui vont changer le Top 14

New Deal : les mesures qui vont changer le Top 14

Par Anthony Tallieu
Dernière mise à jour Le 30/04/2014 à 00:19 -
Par Anthony Tallieu - Le 30/04/2014 à 00:19
Le Comité Directeur de la LNR s’est réuni lundi et mardi afin de prendre un ensemble de mesures concernant le Top 14 et la Pro D2. Baptisé New Deal, ce plan d’action voté par la Ligue ne manque pas d’axes forts qui vont changer la donne.
 

En hommage à la politique du président américain Franklin Roosevelt dans les années 30, la LNR, par la voie de Paul Goze, a présenté ce mardi son New Deal pour faire grandir un peu plus le rugby professionnel français, et par capillarité le XV de France. Un plan qui, en plus d’orienter la politique économique des clubs professionnels, s’axe autour de dix mesures sportives et réglementaires applicables dès la saison prochaine, dont au moins quatre vont considérablement changer la donne dans le Top 14.

Favoriser la continuité du jeu et le jeu offensif

Dans un souci d’accroitre l’attractivité du Top 14 et de la Pro D2, et de favoriser le spectacle, le Comité Directeur a décidé de modifier la condition d’attribution du bonus défensif. Pour y prétendre, l’équipe perdante ne devra pas s’incliner de plus de cinq points, contre sept jusqu’alors. Par ailleurs, afin de réduire le nombre de mauvais gestes et de fautes d’anti-jeu sur les terrains, la Ligue infligera un match de suspension automatique à chaque joueur ayant cumulé trois cartons jaunes lors de la saison régulière. En revanche, si les arbitres auront pour consigne de laisser un peu plus jouer les mêlées, tellement chronophages ces dernières saisons, aucune trace écrite en ce sens ne figure dans le New Deal.

Récompenser les pourvoyeurs du XV de France

Si le Salary Cap (masse salariale maximale par club sur un an) reste fixée à 10 millions d’euros, il intègre désormais un aménagement qui va bénéficier aux équipes fournissant le XV de France en internationaux. Entre juin et août, le staff français pourra établir une liste de trente joueurs faisant partie du groupe France. Les clubs employant ces internationaux bénéficieront d’une marge de 100000 euros par joueur (exemple : un club comptant trois internationaux français pourra établir son budget avec un Salary Cap de 10,3 millions d’euros). Cette mesure sera elle aussi appliquée dès la saison prochaine avec comme base la liste des trente retenus pour la tournée d’été en Australie. Par ailleurs, l’indemnité allouée à ces mêmes clubs lors des rassemblements des Bleus passera de 550€ à 1300€ par jour pour chaque joueur.

Szarzewski - Entraîneur Xv de France 5 novembre 2013
Szarzewski - Entraîneur Xv de France 5 novembre 2013 - Icon Sport

Favoriser les prêts de joueurs

Attention, on ne parle pas encore de transfert, mais bien de prêts comme on peut le voir en football notamment. Les règles concernant ce type de mouvements de joueurs seront assouplies avec comme objectif principal de donner plus de temps de jeu aux jeunes. Une mesure motivée par le constat d’appauvrissement du vivier français pouvant prétendre à l’Équipe de France.

Frapper lourdement ceux qui "ternissent l’image du rugby"

Cette année plus que les autres, la LNR a dû faire face aux attaques répétées de certaines figures du rugby français concernant notamment l’arbitrage, la convention LNR-FFR, les Coupes d’Europe où l’âge avancé de ses dirigeants. Pour se défendre au mieux contre les "perturbateurs", le Comité Directeur a décidé d’alourdir les sanctions envers "les comportements qui porteraient atteinte à l’image des championnats et de l’esprit rugby". Sans préciser la teneur de ces sanctions, elles seraient essentiellement économiques et de nature à "impacter fortement les budgets". Sans être visé directement, on comprend bien que le président toulonnais Mourad Boudjellal aura du souci à se faire la saison prochaine.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×