Top 14

Mourad Boudjellal (Toulon): "Je ne sais pas si Bernard sera là lundi"

Dans cet article
Dernière mise à jour Le 04/01/2014 à 21:02 -
Par Clément Mazella - Le 04/01/2014 à 21:02

Boudjellal: "Je ne sais pas si Laporte sera là lundi..."Après la défaite du RCT contre Grenoble, samedi à Mayol, Mourad Boudjellal a été le seul toulonnais à se présenter devant la presse. Touché par ce revers, le président craint que son manager ne claque la porte.

 

Quel est votre sentiment après cette défaite à Mayol, la première de la saison (la dernière remonte au 6 janvier 2013 contre le Racing NDLR) ?

Mourad BOUDJELLAL: Ce n'est jamais agréable de perdre à la maison. C'est même le pire sentiment. Sur la rencontre, ça ne se joue à pas grand chose et il faut avant tout féliciter Grenoble. On peut évoquer l'arbitrage ou les conditions de jeu, mais au final on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes. On mène de six points à deux minutes de la fin et on veut encore jouer alors que l'on avait juste à gérer le résultat. Pourquoi ? On négocie mal une pénalité et au final on est les rois des cons.

Ce résultat remet-il en cause certaines ambitions ?

M.B: Aujourd'hui, on ne parle pas de première ou de deuxième place voire même de la quatrième. Les cinq prochains matchs de championnat vont être capitaux. Il nous en reste trois à domicile et il va falloir aller chercher une victoire à l'extérieur afin de décrocher notre billet pour les phases finales. Cette défaite ne doit pas non plus laisser trop de trace sur le plan moral. Notre projet s'inscrit sur le long terme et on ne va pas tout remettre en question. Nous avons des bases solides qui reposent notamment sur nos supporters et nos partenaires. Aujourd'hui on doit tous être solidaires.

Avez-vous des doutes sur l'implication des joueurs ?

M.B: Il y a un relâchement, c'est certain. Mais ce soir (samedi), il faut bien se mettre dans la tête que l'on n'est plus champions d'Europe ni de rien du tout. Après est-ce que cette défaite est un mal pour un bien et va nous permettre de nous remobiliser ? Je l'espère.

Êtes-vous inquiet pour la suite ?

M.B: Ma principale préoccupation est de savoir si Bernard (Laporte) sera à l'entraînement lundi. Il est déçu de beaucoup de choses dans le rugby: de l'arbitrage qui frise parfois l'amateurisme et de ce sport dans lequel il ne se reconnaît plus depuis qu'il est revenu.

Pensez-vous vraiment qu'il pourrait arrêter ?

M.B: Il est loin des siens, et je peux vous dire que ce soir il en marre. Cela fait déjà deux fois cette saison qu'il est dans cette situation. Je connais Bernard et je sais qu'il est capable de tout arrêter. C'est un électron libre du rugby. J'espère cependant qu'il va continuer avec nous.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

Votre dose de sport quotidienne livrée tous les matins dans votre boîte mail

 
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×