Laurent Labit - Oyonnax-Racing - janvier 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Laurent Labit (Racing Métro): "Le sentiment du travail bien fait"

Labit: "Le sentiment du travail bien fait"

Par Anne-sophie Bernadi
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/01/2014 à 11:48 -
Par Anne-sophie Bernadi - Le 26/01/2014 à 11:48
Après le succès face à Toulouse (25-5), le Racing ne tient pas encore son match référence mais Laurent Labit ne peut que se satisfaire d'une telle performance de ses joueurs.

Laurent Labit l'avait promis. Ce match du Racing serait celui de l'année. Si ses joueurs ont finalement laissé le bonus offensif en route, ils se sont offert le scalp du Stade toulousain, gros morceau de ce Top 14. L'essentiel était la victoire et l'entraîneur des Ciel et Blanc n'a pas dissimulé sa joie. "On ne peut quand même pas classer ce point de bonus perdu comme un point noir ! Si deux heures avant le match on nous avait dit qu'on allait gagner le match 25 à 5, on aurait signé de suite. Bien entendu, c'est frustrant de perdre le bonus dans les 30 dernières secondes." Pas d'amertume certes, mais quelques regrets... "Je pense que l'on aurait pu conforter notre victoire plus tôt, on a eu des situations que l'on aurait pu mieux gérer. Je ne suis pas sûr donc que ce soit dans la dernière action que l'on perd le bonus. On avait la possibilité d'enfoncer le clou un peu plus", concèdait Laurent Labit. Un brin de déception entendu aussi dans la bouche du demi d'ouverture irlandais, Jonathan Sexton: "Nous sommes évidemment contents mais aussi un peu déçus après le dernier essai, on manque le point de bonus. On a eu une bonne défense pendant 79 minutes."

Enfin ! Le Racing ne tient peut être pas son match référence mais les stars du club s'y sont enfin révélées, après des semaines de tâtonnement. "Ca fait quelques semaines que l'on sent que l'état d'esprit a changé. Tout le monde a bien pris sa place, ses marques, ses repères et l'on se connaît de mieux en mieux et ça favorise tout ça." De quoi satisfaire un entraîneur qui n'a jamais ménagé ses joueurs. Souvenez-vous, après le match contre Clermont en novembre dernier, l'entraîneur francilien promettait: "Certains joueurs n'ont pas le niveau demandé et des sanctions sportives vont être prises". Après la rencontre de ce samedi, Laurent Labit a balayé ses menaces d'un revers de main et félicité ses joueurs au nom de l'ensemble de son staff. "On est satisfaits de l'investissement et de l'implication des joueurs. Il nous tardait d'avoir un match où l'on voit ce que l'on ressent depuis un moment à l'entraînement. On savait qu'à dix journées de la fin, vu notre position au classement, cela passait par une victoire aujourd'hui et une belle si on pouvait, pour rester en vie dans ce championnat très dense. Il y a de la satisfaction pour les joueurs parce qu'ils travaillent beaucoup, parce qu'on les a souvent un peu secoués. Aujourd'hui, ils peuvent avoir le sentiment du travail bien fait."

Sexton: "Les avants ont été incroyables"

"Mon meilleur match ? Non", assure Jonathan Sexton. L'Irlandais préfèrait louer le travail de ses coéquipiers, sur lesquels il ne tarissait pas d'éloges. "J'essaye d'être le même à chaque match, je me prépare de la même manière mais parfois mon boulot est plus dur car les avants perdent la ligne d'avantage. Aujourd'hui (samedi, NDLR), c'était plus facile, Jamie Roberts avançait chaque fois, Mike Phillips et Jacques Cronje n'ont pas cessé de m'aider. Mon boulot était plus facile parce que les avants ont été incroyables, notamment en première mi-temps. Après, ils était un peu plus fatigués."

Après un tel match, le plus dur sera désormais de réitérer la performance. "On doit jouer comme aujourd'hui chaque match, assurait Jonathan Sexton. La clé, c'est d'être constants. C'est à chacun de se préparer de la même manière pour chaque match." Et Laurent Labit de conclure: "Maintenant, il faudra ajouter une victoire ou deux à l'extérieur et rester invaincus sur les quatre derniers matches à domicile". Mais la tâche ne s'annonce pas facile. La semaine prochaine, les Racingmen devront concrétiser leur succès à Perpignan. Dans deux semaines, ils recevront Bayonne.

 
 

commentaires


  • f�lix27/01/2014 14:38

    A Perpignan il va avoir du mal

  • f�lix27/01/2014 14:33

    Sur le plan technique de jeu le racing n'a rien montré mis à part beaucoup de chance...ce qui arrive quelquefois mais pas souvent, aussi je ne le vois pas dans les 6 à la fin de la saison

  • dolto27/01/2014 07:02

    Vu les matchs qui leur restent, et ceux des autres qualifiables, ça va être très, très, très dur pour se qualifier, autant dire que ça relèverait de l'exploit (cf. le tableau des matchs restants!).