Guillaume Ribes - Brive Touloouse - 2 novembre 2013 - Icon Sport
 
Top 14

Guillaume Ribes (Brive): "On peut partir en vacances la tête haute"

Ribes: "On peut partir en vacances la tête haute"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 04/11/2013 à 09:30 -
Par Midi Olympique - Le 04/11/2013 à 09:30
Auteurs d'une prestation majuscule samedi et vainqueurs (25-12) du Stade toulousain, les Brivistes n'en finissent plus de surprendre et d'impressionner. Alors que lui et ses coéquipiers bénéficient de dix jours de repos en raison de la trêve internationale, le talonneur Guillaume Ribes savoure.
 

Que vous inspire cette victoire avant la trêve internationale ?

Guillaume RIBES: Je me dis qu'on est sur la bonne voie et qu'on a donc bien mérité de prendre dix jours de vacances pour faire le vide. Et pour récupérer aussi car on a laissé pas mal de forces dans ce match contre Toulouse. On peut partir en vacances avec le sourire et la tête haute.

Alors que votre mêlée avait tangué en fin de match à Clermont, votre conquête a cette fois largement dominé celle toulousaine. Etait-ce la clé du match ?

G.R: Disons plutôt que l'on savait le temps qu'il allait faire. Avec cette pluie, c'était clair: si on n'était pas bons en touche et en mêlée fermée, on ne s'en sortait pas. Alors on avait fait des efforts là-dessus durant la semaine de préparation. On a bien bossé et le travail de sape a payé.

Notamment en obtenant deux pénalités décisives à l'heure de jeu, grâce à votre mêlée...

G.R: Ces deux mêlées étaient très importantes. Avec le carton jaune de Dusautoir, le pack toulousain ne comptait que sept joueurs. On savait que c'était le tournant du match.

C'est votre cinquième succès en autant de rencontres à domicile. Jusqu'où votre équipe ira-t-elle ?

G.R: Jusqu'au maintien déjà, j'espère (sourires). C'est notre priorité, notre premier objectif et il faut l'atteindre. Aujourd'hui, on a effectué la moitié du chemin, il reste encore la deuxième moitié. Il y a un an jour pour jour, on perdait d'un point à Dax en Pro D2. Là, on compte vingt-sept points en Top 14. A l'époque de cette défaite à Dax, j'aurais signé de suite pour pareille issue. Si on gagne dix matchs et que le maintien est en poche, on verra où on en est.

A titre personnel, vous êtes-vous déjà senti aussi épanoui dans le jeu ?

G.R: C'est une des premières années que je prends autant de plaisir sur le terrain. J'ai la chance de faire partie de cette équipe. On tire tous dans le même sens. Contre Toulouse, on menait 7-0 dès la première minute de jeu. C'est la première fois, en cinq ans ici, que je vois ça. Et je jouais devant 14 000 personnes. C'est également la première fois que je vois ça.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×