Top 14 > - Montpellier

Fabien Galthié (Montpellier): "Avec Ranger, ça s'est signé rapidement"


Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 05/11/2013 à 12:28 -
Par Midi Olympique - Le 05/11/2013 à 12:28
Galthié: "Ranger, ça s'est signé rapidement"Le manager de Montpellier, Fabien Galthié, a accueilli ce lundi le centre ou ailier international All Black René Ranger et le centre sud-africain Robert Ebersohn, retenu dans le squad élargi des Springboks. Il décrypte ces arrivées et analyse aussi le duel entre la France et la Nouvelle-Zélande samedi.
 

Après des mois d'attente, vous avez enfin accueilli René Ranger et Robert Ebersohn ce lundi...

Fabien GALTHIE: On est contents. C’est comme ça, c’était prévu comme ça.

Pensez-vous les faire jouer rapidement contre Castres ?

F.G: Ils finissent leur compétition là. Ils ont fait tous les matchs de Super Rugby avec leur équipe respective. J’en parlais avec Ebersohn, il a perdu en quart de finale, a fait tous les matchs de Currie Cup, s'est incliné en demi-finale. Ils en sont à leur deuxième semaine de repos et vont avoir une troisième semaine. Après, ce sera une semaine d’intégration. On va voir, Robert a 24 ans. René, lui, a été éliminé une semaine plus tôt, je n’ai pas encore fait le point avec lui mais il a disputé beaucoup de matchs, il faudra voir dans quel état ils sont parce que là, ils enchaînent deux saisons. Il va falloir être juste là-dedans, c’est important la récupération.

Etes-vous tout de même impatient de les récupérer ?

F.G: Je crois que c’est important d’avoir notre effectif au complet. Il se densifie, même si c’était prévu de ne les récupérer que maintenant.

Vont-ils vous permettre de concrétiser les temps forts ?

F.G: J’espère. Je souhaite surtout qu’ils puissent apporter leur pierre à l’édifice. Je pense que tous les joueurs contribuent à ce que l’équipe soit à ce niveau-là, à ce qu’elle se crée autant d’occasions.

Individuellement, que vont-ils pouvoir apporter ?

F.G: Je ne vais pas vous raconter d’histoires. Ce sont des joueurs qui ont une dimension à la fois technique, mais aussi des qualités de vitesse, de justesse. Ce sont des bons joueurs. Maintenant, il y a la notion d’intégration qui compte, vous savez, on joue comme on vit, il faut que le joueur se sente bien accueilli. C’est un nouveau problème à résoudre parce qu'ils prennent le train en route. La saison à déjà commencé depuis un moment.

Avec ces arrivées, avez-vous une idée de l’équipe que vous pourrez désormais aligner ?

F.G: Non. Les équipes, on les annonce la veille du match. On ne fait pas comme sur la playstation, on se base plutôt sur comment se passe la semaine, quel feeling on a avec les joueurs. On va être dans le réel, on va voir. Normalement, les bons joueurs et les très bons joueurs s’intègrent très facilement.

Est-ce que ces recrues doivent amener un plus psychologique au reste de l’équipe ?

F.G: Tout ce qui peut apporter quelque chose à l’équipe est bon. Eux, ce sont des joueurs qui peuvent apporter quelque chose à l’équipe, donc ça peut être bon. Après, je ne m’avancerai pas, on a trop de contre-exemples aujourd’hui. On va essayer de faire les choses bien.

Avec Ranger et Tuitavake, vous pourriez avoir deux ailiers internationaux All Blacks...

F.G: Oui, mais on a aussi de très bons ailiers français.

Combien de temps de négociations a-t-il fallu pour que Ranger s'engage ?

F.G: Cela s’est signé rapidement. Je l’avais eu il y a deux ans et il m’avait dit, via son mentor qui est entraîneur des Northland et que je connaissais, que ça dépendait s'il sentait que les All Blacks comptaient sur lui ou pas. Il a senti que non. Il a signé en décembre dernier, c’est allé très vite.

En ce qui concerne le match de l'équipe de France contre les All Blacks samedi, sentez-vous un grand danger pour les Bleus ?

F.G: C’est un grand match, je ne pense pas qu’il faille le voir comme un grand danger. Il faut vivre l’exceptionnel. Je pense que pour un joueur de rugby, il faut y aller, ne pas avoir peur.

Combien de fois avez-vous affronté les Blacks ?

F.G: Ah, plusieurs fois. Je fais partie de la génération qui les a battus à quelques reprises. J’ai fait un nul et on les a aussi battus.

Que pensez-vous des joueurs néo-zélandais ? Et comment vivez-vous le fait d'en recruter à Montpellier ?

F.G: Ce sont des bons joueurs, de très bons joueurs même. Après, il y en a d’autres dans le championnat de France, ceux de Montpellier ne sont pas les premiers ni les derniers. Je pense que si c’est bon pour le championnat français, c’est bon pour Montpellier.

Pensez-vous que l’exploit est possible samedi ?

F.G: Oui, je pense que tout est possible. C’est un match, il faut le jouer. En tout cas, c’est bon pour le rugby tout ça.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×