Deception Alex TULOU - Montpellier-Castres - 17 mai 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Demi-finale Top 14, MHR-CO (19-22), l'antisèche - Et Montpellier a décidé d’aller en touche...

Et Montpellier a décidé d’aller en touche...

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/05/2014 à 11:50 -
Par Rugbyrama - Le 18/05/2014 à 11:50
Alors qu'ils avaient l'occasion d'égaliser lors des prolongations contre le CO, les Montpelliérains ont fait un choix étonnant.... et pas payant. L'antisèche.

Le jeu: Mais quel jeu au fait ?

La rencontre était annoncée comme ouverte et potentiellement spectaculaire, ce n’est pourtant pas la qualité du jeu de trois-quarts qui nous aura le plus marqués ce samedi entre Montpelliérains et Castrais. Bien moins en tout cas que le scénario du match en lui-même, l’égalité parfaite des deux équipes et cette prolongation disputée dans une ambiance irrespirable pour le plus grand bonheur du public venu garnir les tribunes du Stade Pierre-Mauroy. Un peu à l’image de la demie de vendredi entre Toulon et le Racing Métro (16-6), l’enjeu a souvent pris le pas sur le jeu, il faut bien l’avouer. Héraultais et Tarnais nous avaient habitués à déployer de belles choses, trop brouillons, ils se sont repliés dans le combat. La conquête a été défaillante des deux côtés (5 lancers perdus en touche de part et d’autre), les buteurs ont donc été chargés de faire la différence. A ce petit jeu, Castres s’est montré plus fort. Pour la troisième fois en quatre confrontations, le MHR bute sur le CO en phase finale.

Les joueurs: Lamerat sur sa lancée, Ranger passe à côté

Déjà décisif la semaine passée en barrage contre Clermont avec son essai, le centre de Castres, Rémi Lamerat, a une nouvelle fois failli enfiler le costume de super héros. Très en vue, il a énormément tenté à la main, à l’image de son coéquipier de l’arrière, Brice Dulin, pour essayer de déverrouiller ce match cadenassé. Finalement, il a laissé échapper le ballon juste devant la ligne mais il conforte le sélectionneur Philippe Saint-André, qui l’a appelé pour aller en Australie. En touche, le deuxième ligne Richie Gray s’est avéré très précieux, comme souvent. Grâce à une bonne utilisation du jeu au pied, que ce soit dans l’occupation ou pour mettre la pression, le duo Rémi Tales-Rory Kockott a parfaitement gêné le MHR. Belles prestations également de Yannick Caballero et Brice Mach.

Du côté de Montpellier, longtemps, François Trinh-Duc a maintenu les siens dans le match malgré une pression incessante du premier rideau défensif tarnais. Au centre, Wynand Olivier a été l’un des plus en vue de son équipe, tout comme Fulgence Ouedraogo. Rentré en cours de jeu, le troisième ligne international a donné un nouveau souffle aux siens et a posé de gros soucis à l’alignement des champions de France. Capable de faire basculer des rencontres à lui seul, le centre René Ranger n’a pas vraiment été dans son assiette malgré son essai inscrit. Il a perdu de nombreux ballons et a pris un carton jaune très rapidement dans la rencontre (première minute). Par la suite, il s’est fait plus discret qu’à son habitude.

Deception Remi LAMERAT - Montpellier Castres - 17 mai 2014
Deception Remi LAMERAT - Montpellier Castres - 17 mai 2014 - Icon Sport

Le tournant qui n'a pas eu lieu: Montpellier a choisi la touche...

Voilà certainement l'action que les Montpelliérains vont se repasser le plus de fois dans leur tête. Les Héraultais ont-ils été pris d'un excès de confiance ? Toujours est-il que les hommes de Fabien Galthié ont fait preuve d'audace à cinq minutes du terme des prolongations. Alors qu'ils sont menés au score (19-22), ils récoltent une pénalité à l'abord des vingt-deux mètres tarnais, lègèrement excentrée. Bref, largement dans les cordes de François Trinh-Duc. Mais après l'aval de leur entraîneur, les joueurs du MHR décident de ne pas la tenter pour prendre la touche. Finalement, le lancer d'Ivaldi est volé et les Castrais dégagent le danger pour ce qui était la dernière occasion de Montpellier de revenir à égalité et disputer une série de tirs au but. En conférence de presse, les hommes du président Altrad ont expliqué avoir eu un gros doute sur le point de règlement. Un moment de flottement lourd de conséquence.

La stat: 2010

Il y a quatre ans déjà, un match de phase finale du championnat avait rendu son verdict pendant les prolongations. C’était le 15 mai 2010, à Saint-Etienne. Au bout du suspense, Clermont avait battu Toulon en demi-finale (35-29), alors que les deux équipes étaient à égalité à la fin du temps règlementaire (22-22). Dix minutes supplémentaires au cours desquelles l’ASMCA avait crucifié le RCT avec une pénalité et un drop signés Brock James avant un essai de Julien Malzieu.

Le tweet humoristique: Chacun sa façon de fêter la victoire…

Il y a ceux qui lèvent les bras au ciel, d’autres qui enlacent leurs coéquipiers… Et puis parfois, il y a des manifestations de joie auxquelles on ne s’attendait pas. A l’image de Romain Cabannes ce samedi sur la pelouse de Lille. Au coup de sifflet final, le centre du CO a tenu à baisser son short, avant de se ruer sur le terrain. (cliquez pour le voir)

La question: Castres peut-il faire le deux à la suite ?

Personne ne les attendait. Et pourtant, toute la saison, discrètement, les Castrais ont fait leur bout de chemin, jusqu’à se qualifier pour la finale du Top 14. Comme l’année dernière, c’est face à Toulon que Brice Dulin et les siens disputeront le bouclier de Brennus. Mais cette fois, le CO défendra son titre, bien décidé à garder ce bout de bois en terre tarnaise. Le Stade toulousain reste la dernière équipe à avoir réussi un deux à la suite, en battant Montpellier 2011 puis Toulon l’année suivante. Avant Toulouse, Biarritz avait également remporté le championnat deux fois d’affilée en 2005 et 2006. Le 31 mai prochain au Stade de France, Castres ne part pas favori mais pourra se vanter d’être plus frais physiquement, le RCT jouant la finale de la Coupe d’Europe contre les Saracens quelques jours auparavant. Mais les hommes de David Darricarrère sont déjà venus à bout des Toulonnais cette saison, lors de la sixième journée du championnat, le 14 septembre dernier à Pierre-Antoine. Le RCT quant à lui, a battu le CO à Mayol en février. Mais rien n’est encore joué face aux champions d’Europe. Pour l’anecdote, la dernière fois qu’une équipe avait gagné son ticket pour la finale du Top 14 en prolongations, elle a soulevé le bouclier de Brennus. Il s’agit de Clermont, en 2010. Au moment de rentrer sur la pelouse au Stade de France, Toulonnais et Castrais auront sans doute la finale de l'an passé en tête. Et à ce niveau, l'avantage psychologique va aux Tarnais. Rory Kockott, bourreau des Varois l'an passé, sera-t-il dans la même forme ?

Richie GRAY Timoci NAGUSA - Montpellier Castres - 17 mai 2014
Richie GRAY Timoci NAGUSA - Montpellier Castres - 17 mai 2014 - Icon Sport
 
 

commentaires


  • Bestiassou21/05/2014 21:31

    et tu crois que le CO ne se serait pas mis volontairement à la faute? => pénalité

  • bassinai20/05/2014 16:56

    moins comique que ta m..e

  • tja8119/05/2014 18:45

    Comme joueur encore je me souvient que c'était plutot bien mais comme entraineur bonjours la catastrophe