Putasi Luafutu - Bordeaux - 2013-2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Bordeaux-Bègles - Poutasi Luafutu, acte II

Bordeaux-Bègles: Luafutu, acte II

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/02/2014 à 16:32 -
Par Clément Mazella - Le 11/02/2014 à 16:32
Peu utilisé par l'UBB depuis l'automne, l'ancien 3e ligne australien de Brive, Poutasi Luafutu, a rongé son frein en attendant des jours meilleurs et la blessure de Taiasina Tuifua qui vient juste de le relancer. 

On dit souvent que le malheur des uns fait le bonheur des autres. Une opération du tibia suite à un gros hématome, six semaines d'indisponibilité et voilà comment la blessure d'un coéquipier peut changer votre destin. "La blessure de Tai (Tuifua) est une opportunité, je vais profiter un peu". Arrivé l'été dernier en Gironde avec le statut de meilleur joueur de Pro D2,  Poutasi Luafutu ne s'attendait pas à vivre pareille intégration. Titulaire quatre fois lors des huit premières journées sans jamais parvenir à se faire une place définitive au sein d'une troisième ligne avant tout joueuse, il avait depuis disparu de la circulation, se contentant des matches de Challenge européen et d'autres avec les Espoirs. 

"En arrivant dans un nouveau club, avec un nouveau style de jeu basé sur l'envie de faire toujours plus de passes, trouver des intervalles, tu sais que cette situation peut arriver, explique l'ancien Briviste. Je savais qu'il fallait être patient mais dans la tête, c'est pesant d'attendre, compliqué à vivre quand la troisième ligne fait à chaque fois des bons matches et n'est jamais blessée. On attend notre tour avec les autres troisième ligne qui n'ont pas eu beaucoup de temps de jeu nous plus". Du côté du staff bordelais, on reconnaît que 'Tasi+ "a eu quelques difficultés à s'installer dans le système". "On a un jeu offensif avec beaucoup de mouvements, il a fallu qu'il s'adapte à ça et comprenne. Notre troisième ligne continue de confirmer ses grandes qualités et on doit toujours avoir un équilibre d'équipes, on ne peut pas mettre des mastodontes partout", souligne l'entraîneur des avants Régis Sonnes.

Il devrait être titulaire contre Oyonnax

En avance physiquement en début de saison sur Tuifua, Luafutu a tenu un temps le rôle de costaud de service, avant que le Samoan ne retrouve la forme. "Pour revenir dans le groupe, j'ai dû travailler de nouvelles qualités comme le saut, courir un peu plus. Ça a été un travail dur avec Ludo (Loustau, préparateur physique) et Régis mais j'ai progressé", estime l'ancien Reds du Queensland, âgé de 26 ans. Vingt-cinq minutes vendredi dernier contre Grenoble en remplacement du capitaine Matthew Clarkin ont donné le ton de sa fin de saison. "Je suis en forme, j'ai faim de retrouver les pelouses, de me montrer et donner le meilleur de moi-même" mais cela demande confirmation. 

Elle aura surement lieu samedi à Oyonnax. Au jeu des roulements internes et en prévision des réceptions du Racing et Clermont en fin de mois, Luafutu devrait débuter. "C'est un match de guerriers, le genre de matches que j'aime jouer car il y a beaucoup de contacts, assure-t-il l’œil pétillant. Cela va être chaud, rugueux. L'an dernier, j'ai pris 40 points là-bas avec Brive. Si on n'est pas là physiquement et mentalement, si on joue à la ba-balle, on a aucune chance". Un rendez-vous capital pour l'UBB, capital aussi pour la suite de la carrière de Luafutu.