Aliki Fakaté - Bordeaux Castres - 2013-2014 - Icon Sport
 
Top 14

Bordeaux-Bègles: Aliki Fakaté a retrouvé le chemin

Bordeaux-Bègles: Fakaté a retrouvé le chemin

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/03/2014 à 16:48 -
Par Clément Mazella - Le 18/03/2014 à 16:48
Grand espoir en 2011 plombé par une hernie cervicale, le deuxième ligne Alikisio Fakaté semble revivre au sein de l'UBB où il a retrouvé plaisir et ambitions. 
 

Courtisé par Castres et surtout Toulon lors de la dernière intersaison, Aliki Fakaté avait surpris son monde en choisissant Bordeaux. Pari risqué mais réfléchi quand sa volonté première était avant tout d'avoir du temps de jeu (18 matches joués) et de baigner dans un environnement plus serein et "famille". Pari gagné au regard de l'apport de cet ancien lanceur de poids dans le pack girondin où sa puissance en mêlée, dans les rucks et les mauls, son explosivité font merveille. 

"C'est un joueur qui a retrouvé sa forme d'il y a deux trois ans quand il était finaliste du Top 14 avec Montpellier", reconnait l'entraîneur des avants Régis Sonnes. "En plus de sa puissance en conquête, Aliki amène son dynamisme dans le jeu, et en défense, c'est un 'impact player", poursuit le technicien. Le travail physique, la remise en question du joueur qui a repris un autre statut, ainsi que la confiance en lui et une certaine maturité physique peuvent lui permettre de s'épanouir". Oublié cette longue blessure survenue fin 2011 qui ont stoppé nette la progression de cet international A de 28 ans qui se plait dans le rugby pratiqué par l'Union, 9e de ce Top 14 très serré et plus que jamais en embuscade. "Depuis le début de saison, l'équipe répond présente, elle est prête. Il y a eu un recrutement assez précis et il n'y a pas eu de cassure entre les joueurs, tout le monde est resté solidaire", analyse Fakaté. 

"On commence à être craint partout"

Ambitieux, le colosse (2,01 m, 135 kg) de Nouméa voit même la suite en grand, en fin connaisseur des phases finales, en raison d'un "calendrier un peu plus favorable par rapport aux autres équipes" (6 matches à jouer contre 5 aux autres, 3 réceptions contre 2 à ses principaux concurrents). "Il y a des similitudes avec Montpellier. Personne ne nous craignait à l'époque, c'est un peu pareil avec Bordeaux, explique-t-il. Là, on commence à être craint partout, dans tous les secteurs. On sait qu'il n'y a plus d'effet de surprise mais cette fin de saison est excitante, on a une chance de pouvoir se qualifier". 

Ce serait un sacré pied de nez pour ce budget modeste (13 millions d'euros) trois ans à peine après la montée en Top 14, Fakaté le sait. "Sincèrement, personne ne pensait qu'on allait faire ça, qu'on allait être si près des six. Chaque joueur en rêvait en début de saison mais on ne pensait pas que ça allait arriver, qu'on aurait une chance dès cette année. Il n'y a plus qu'à lâcher les chevaux".  

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×