Bayonne-Montpellier (24-19), l'antisèche: Bustos Moyano s'est rappelé au bon souvenir du MHR

Bustos Moyano s'est rappelé au bon souvenir du MHR
Par Rugbyrama

Le 26/10/2013 à 00:19

BAYONNE-MONTPELLIER (24-19) L'ANTISECHE: notre analyse, nos choix, notre mauvaise foi. Face à ses anciens coéquipiers, Martin Bustos Moyano a été sans pitié.

LE JEU

Dire que les Bayonnais n'avaient pas préparé la réception de Montpellier dans les meilleurs conditions est un doux euphémisme. En plus d'une position peu enviable d'avant-derniers, les Basques ont connu une semaine agitée avec le cas Mike Phillips. Pas forcément donc dans les meilleures dispositions, les hommes du duo Lanta-Deylaud se sont contentés de faire des choses simples pour se rassurer. Bousculés par les Montpelliérains en conquête, ils ont au contraire pris le dessus dans l'occupation au pied. Pas de grandes envolées donc sur les ailes mais un jeu pragmatique parfaitement adapté au contexte et à un ballon glissant.

Les Héraultais, au jeu si séduisant parfois, n'ont, pour leur part, jamais trouvé de solutions pour prendre à revers les Basques. Les munitions récupérées notamment en touche, n'ont jamais vraiment apporté aux hommes de Fabien Galthié, ceux-ci rendant trop rapidement les ballons au pied. Battus par les Bayonnais dans le jeu aérien comme contre l'Ulster en H Cup, les Montpelliérains se contenteront cette fois du bonus défensif.

LES JOUEURS

Icon Sport

Côté montpelliérain, mention spéciale au demi de mêlée Benoît Paillaugue, toujours aussi précis dans l'exercice des coups de pied. Mis à part un échec sur une pénalité de plus de 50 mètres légèrement excentrée, il a maintenu le MHR à flots (5/6). Le deuxième ligne, Jim Hamilton a été précieux en touche alors que la troisième ligne formée de Gorgodze, Galletier et Bias s'est démenée dans les zones d'affrontement. Auteur d'un essai plein d'audace, l'ouvreur Enzo Selponi a livré une partie plutôt correcte. Dans la ligne de trois-quarts, Nagusa, Combezou, Gard et Artru se sont fait plutôt discrets. Chahutés sur les ballons hauts, Benoît Sicart s'est fendu cependant d'une belle percée à la 50e.

LE TOURNANT QUI N'A PAS EU LIEU: Et Rokocoko s'arracha...

A la 50e minute de jeu, l'arrière du MHR, Sicart, était à la retombée d'un ballon haut dans ses vingt-deux mètres. Il décidait alors de relancer à la main depuis son camp. Après un slalom, il échappait à Belie et raffutait Rokocoko aux abords des vingt-deux adverses. Mais le All Black de Bayonne s'accrochait à lui et le reprenait in-extremis avant de l'emmener en touche. Le MHR était alors mené 21-13...

LE TWEET HUMOURISTIQUE

Après l'affaire Mike Phillips, de nombreux twittos ont salué avec humour la réaction du groupe bayonnais ce vendredi contre Montpellier.

LA STAT

12 mois.- Cela fait plus d'an que les Bayonnais n'ont pas inscrit de drop en championnat. Le dernier avait été l'oeuvre de Benjamin Boyet la saison passée contre Agen le 6 octobre 2012 (8e journée, 37-16). Stephen Brett a tenté de mettre fin à cette série en deuxième période ce vendredi, sans succès. Pas certain cependant que c'était l'objectif principal des Basques.

LA DECLA

Benoît Paillaugue, demi de mêlée de Montpellier (au micro de Canal + Sport): "On savait que ça allait être compliqué, qu'ils allaient mettre beaucoup de combat. En plus, le terrain était trempé et le ballon glissant donc nous n'avons pas fait un beau match de rugby. On a répondu présent dans le combat. On n'a pas assez gagné de duels en l'air, c'est un mal récurrent comme le week-end dernier. Il faut travailler là dessus".

0
0