Jonathan Sexton Janie Bornman - 10 mai 2014 - Rugbyrama
 
Article
commentaires
Top 14

Barrages Top 14 - Ces deux résultats qu'on n'avait vraiment pas vu venir


Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/05/2014 à 12:11 -
Par Rugbyrama - Le 11/05/2014 à 12:11
Ces deux résultats qu'on n'avait vraiment pas vu venirDans l'histoire du Top 14, un seul club s'était imposé à l'extérieur en barrage. Cette année, on en a eu droit à deux qui ont déjoué tous les pronostics.

Qui l'eût cru ? Quel parieur aurait misé à la veille de ces barrages sur une victoire du Racing à Toulouse, ou de Castres à Clermont ? Il faut procéder à un éloge de la folie pour ceux qui s'y sont risqués. Un de ces deux cas de figure aurait pu être envisageable. Mais les deux conjugués, ne nous le cachons pas: personne ne l'avait vu venir. Surtout que dans l'histoire du Top 14, se déplacer en barrage rime souvent avec défaite. Sur les huit matchs disputés, seul Montpellier (en 2011) avait réussi l'exploit de gagner à l'extérieur. Cette saison, Castres et le Racing ont déjoué tous les pronostics. Une performance incroyable surtout au regard des résultats de cette année où seulement 15% des matchs du championnat se sont soldés par des victoires à l'extérieur.

Giflé à Montpellier lors de la 26e et dernière journée et privé sur le fil d'un barrage à domicile, le Racing s'est rapidement remis sur le droit chemin en s'imposant à Toulouse, club le plus expérimenté lors des matchs couperets et qui restait sur vingt demi-finales consécutives. Cela situe bien la performance des Franciliens, surpuissants devant et disposant d'un buteur de classe mondiale avec Jonathan Sexton (21 points et 100% d'efficacité vendredi). Si ce coup d'éclat est en tout point remarquable, que dire alors de celui de Castres ? Le champion en titre est passé tout près de la correctionnelle en phase régulière, obtenant le sixième et dernier billet qualificatif. Fébrile lors du match à Bayonne, le champion de France en titre a rendu une copie de grande qualité sur le pelouse de Clermont, brisant la série sensationnelle d'invincibilité de l'ASMCA à Marcel-Michelin (77). Une preuve qu'il faut vraiment prendre le CO au sérieux...

Labit-Travers, vers une prouesse unique ?

Alors que tout le monde salivait à l'avance d'un Toulon-Toulouse en demie, on aura droit à un Toulon-Racing. Un sacré choc d'avants en perspective au stade Pierre-Mauroy de Lille. L'enjeu pour les Toulonnais, au repos cette semaine, sera de gérer avec le maximum de précision cette affiche qui s'annonce éreintante, car une semaine plus tard se profile une finale européenne contre les Saracens à Cardiff. En ligne de mire: rapporter enfin un Brennus sur la Rade, le but ultime du président Mourad Boudjellal. Les Racingmen, eux, ont une histoire à écrire sous la houlette de leur duo d'entraîneurs Laurent Labit-Laurent Travers, sacrés avec Castres l'an passé. S'ils sont à nouveau champions, cela constituerait une prouesse unique dans l'histoire du rugby professionnel... En tout cas, l'abondant et ambitieux recrutement de l'intersaison a été digéré et le club francilien termine la saison en boulet de canon. L'objectif serait de renouer avec le glorieux passé d'un club cinq fois champions de France, mais disparu des palmarès depuis 1990.

De son côté, Castres entretient le rêve de conserver sa couronne, conquise un peu à la surprise générale l'an passé. Il faudra pour cela renverser Montpellier samedi prochain (16h30). Or, les Héraultais sont forcément revanchards: ces deux dernières années, ils ont plié deux fois en barrages face au CO. Les hommes de Fabien Galthié semblent toutefois mieux armés, dans le sillage d'un recrutement étoffé (Mas, Ranger, Olivier...) et d'un François Trinh-Duc en forme internationale en cette fin de saison. Comme face à Clermont, l'enjeu pour le CO sera de contenir une équipe très joueuse, puisqu'elle est la meilleure attaque du championnat. Et Montpellier rêve de retrouver le goût de la finale après l'avoir atteinte en 2011 en jouant sur l'effet de surprise. Ces demies consacrent en tous cas l'émergence des nouvelles puissances du rugby français, portées par d'ambitieux présidents-entrepreneurs (Lorenzetti, Boudjellal, Altrad). Une page se tourne.

Remi Lamerat - Castres Clermont - 10 mai 2014
Remi Lamerat - Castres Clermont - 10 mai 2014 - Icon Sport
 
 

commentaires


  • PatouFlanker13/05/2014 10:27

    J'ai prit des places pour MHR - CO samedi et je suis ravis de cette confrontation! J'aime beaucoup les deux équipes mais j'avoues avoir un penchant pour le MHR qui fait une saison extraordinaire! Pour moi le gagnant de cette demi finale sera champion de France! A condition que le RCT soit champion d'Europe!

  • tetedanchois12/05/2014 17:53

    Jai mis gagnant castres et racing et 200 € dans la poche !!^^

  • assezdessais12/05/2014 17:43

    bah moi j'ai eu juste!!!! j'ai mis racing et castres(avec une réserve pour le CO)