James Hart - grenoble castres - 24 aout 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

9e journée Top 14 - RM92-FCG (20-22): Le gros coup de Grenoble

Le gros coup de Grenoble

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/10/2013 à 00:43 -
Par Midi Olympique - Le 06/10/2013 à 00:43
Grâce à une pénalité tardive de Courrent, les Grenoblois ont renversé le score face aux Racingmen (20-22). Pas rassurant pour les Franciliens.

Après un match inégal d’intensité, l’équipe de Grenoble a réalisé la bonne opération de cette 9e journée en s’imposant in extremis à Colombes, 20-22. Après à une première mi-temps qui a manqué d’intensité (9-9 à la mi-temps), les deux équipes se sont débridées et ont proposé du jeu  dans les deux camps. Les deux essais du match ont été marqués dans la seconde période. Les Grenoblois ont fait l’effort notamment dans les mêlées et mis par deux fois les Racingmen à la faute. La première mi-temps a montré deux équipes qui se neutralisaient sur le terrain où Sexton et Hart se sont répondus au pied mais c’est durant la seconde période que les deux équipes ont fait le show, avec un premier essai de Hart malgré l’infériorité numérique des Isérois.

Le Racing Métro dans le dur

La première mi-temps de cette rencontre a vu des Racingmen peu convaincants dans le jeu se faire accrocher voire malmener par moments par une équipe grenobloise joueuse mais trop imprécise. Ce sont d’ailleurs les Grenoblois qui ont ouvert le score à la 12e par le biais du buteur irlandais James Hart, sanctionnant une des nombreuses fautes au sol des Racingmen. Les Racingmen qui se sont surtout contentés des points au pied de Jonathan Sexton, menant peu d’incursions dans la moitié de terrain iséroise. Les Grenoblois, quant à eux, bien que très indisciplinés, ont tenté à plusieurs reprises de dynamiser le jeu dans le camp adverse. Les deux équipes, que l’on pourrait tout de même qualifier de prudentes pour ne pas dire frileuses, ont ensuite enchainé fautes, contres et turnovers pour atteindre à la pause un score de parité 9-9. Le carton jaune du pilier isérois Dayna Edwards à la 39e est venu ternir une première mi-temps durant laquelle les Grenoblois ont tenu la dragée haute à des Franciliens visiblement en manque d’inspiration.

La seconde mi-temps a offert un tout autre spectacle au public de Colombes. En effet, elle a vu le premier essai de cette rencontre, un contre initié et concrétisé par l’ouvreur irlandais James Hart (46e) qui est venu récompenser la domination iséroise. La réaction francilienne ne s’est pas faite attendre par la botte de Sexton (57e) puis par un contre aplati par Marc Andreu, décisif dans cette rencontre. Menés 20 à 16 à 13 minutes de la fin, les Grenoblois n’ont eu de cesse que de pousser et d’amener du jeu, malgré une touche défaillante mais en s’appuyant sur une mêlée ultra dominatrice. Les efforts isérois ont payé à la 73e puis à la 79e par des pénalités réussies par Valentin Courrent, entré en jeu à la place de Hart, scellant une victoire méritée des Grenoblois.

Une défaite inquiétante à l’approche de la H Cup

Cette défaite va probablement faire gamberger les Franciliens à l’approche de la première journée de Coupe d’Europe et de la venue du finaliste de l’édition précédente, Clermont. Les Grenoblois, quant à eux, se rachètent avec cette victoire à l’extérieur de leur prestation face à Brive (12-12) lors de la 8e journée de Top 14 et peuvent aborder sereinement le premier tour du Challenge européen qui les opposera à l’Aviron bayonnais.

 
 

commentaires


  • petitcote116606/10/2013 19:19

    Bravo a Grenoble qui bat une équipe du racing qui n'a rien prouver. les arbitres d'outre manche devraient venir arbitrer plus souvent. qu'en pensez vous?

  • Utilisateur60000001791341806/10/2013 17:13

    ca veut dire quoi promu ? ....... ca me prends la tête toutes ses statistiques tout le monde a ces chances promu ou pas non. vive le rugby!!!!

  • 0506HP9306/10/2013 10:10

    Après le mauvais match à domicile contre Brive, le FCG a certainement fait plus que se rassurer. Bravo aux (très ou trop) Rouge...et Bleu. Bravo pour le public de Colombes : à l'exception de la dernière pénalité pour Grenoble (mais c'était plus par dépit), les sifflets ont été avantageusement remplacé par un silence respectueux à l'égard du buteur grenoblois.