Benjamin URDAPILLETA - oyonnax toulon - 28 septembre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

8e journée Top 14, USO-RCT (25-22): Oyonnax, c'est géant !

Oyonnax, c'est géant !

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 28/09/2013 à 18:31 -
Par Rugbyrama - Le 28/09/2013 à 18:31
Après avoir déjà battu Clermont, le promu oyonnaxien s'est offert le scalp de Toulon ce samedi à Charles-Mathon, au terme d'un match incroyable (25-22).

Énorme ! Ce que les joueurs d’Oyonnax ont fait est tout simplement fabuleux. Après le vice-champion d'Europe (Clermont), le champion de France (Castres), voilà que les irréductibles de l'Ain ont fait tombé le champion d'Europe et vice-champion de France, Toulon (25-22). C'est sur un drop d'Urdapilleta à trois minutes du terme que ce succès de prestige s'est dessiné. Et il ne souffre d’aucune contestation.

Les hommes de Christophe Urios avaient préparé leur plan avec minutie. Mettre d'entrée, une intensité énorme pour bousculer les Varois. Dans le mille. Après une mini-percée de Benjamin Urdapilleta sur l'aile gauche, le ballon allait finir dans les bras de Denos, qui aplatissait en coin (4e, 7-0). Mais sur cette action le capitaine de l'USO devait céder sa place. Comme souvent, les Toulonnais ont su faire preuve de patience pour revenir. Wilkinson passait quatre pénalités pour coller aux basques d'Oyonnax. La bascule arrivait au pire moment pour les locaux. Delon Armitage, un peu sifflé quand même, allait lui aussi en coin après une séquence monstrueuse d'intensité (37e, 13-19).

Urda tient tête à Wilko

Dans ce match, les buteurs ont répondu présent. D'un côté, l'Argentin de l'USO, Benjamin Urdapilleta, et de l'autre, l'Anglais du RCT, Jonny Wilkinson, ont affiché 100% de réussite lors du premier acte. 3/3 pour le premier, 4/4 pour le second. Ils finiront le match avec 17 points chacun. Duel de buteurs fantastique. A priori, aucun des 11 299 spectateurs présents à Charles-Mathon n'a eu à se plaindre du spectacle proposé par les joueurs d'Oyonnax et de Toulon. Les intentions de jeu et les relances ont déferlé sur l'Ain.

L'intensité a été au rendez-vous également. Dans le sillage d'un Pierre Aguillon phénoménal en défense, Oyonnax a résisté à Toulon. Le message était déjà passé depuis le début de championnat. Peu d’équipes viendraient gagner dans l'Ain. Le Stade français a réussi cet exploit la semaine dernière. Pas Toulon, avec son armada d'internationaux. Un drop d’Urdapilleta en a décidé autrement. Le "Ici, ici, c'est Oyonnax" risque de résonner encore un peu sur le Top 14...