Tales - Castres Racing - 28 septembre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

8e journée Top 14, CO-RM92 (19-15) - Castres freine l'élan du Racing

Castres freine l'élan du Racing

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 28/09/2013 à 22:16 -
Par Rugbyrama - Le 28/09/2013 à 22:16
Castres, champion de France en titre, a su imposer sa loi sur ses terres pour dominer le Racing (19-15), qui restait sur trois succès de suite.

Énorme intensité dans le combat, parfois à l'excès, velléités offensives dans chaque camp, contre-attaques et relances incessantes... L'émotion n'a pas perturbé le jeu, ce samedi à Pierre-Antoine, à l'heure des retrouvailles entre le peuple castrais et les entraîneurs Laurent Labit et Laurent Travers, qui ont conduit le CO au bouclier de Brennus l'an passé. Il faut dire que les joueurs du Racing-Metro n'ont guère laissé le loisir à leurs nouveaux coachs de tergiverser. On jouait à peine depuis trois minutes quand Benjamin Lapeyre claquait un drop opportuniste de plus de 50 mètres, qui jetait un froid dans l'enceinte tarnaise...

Bien que chahutés en mêlée, et parfois en touche, les Castrais ne paniquaient pas, s'en remettant notamment à leur ligne arrière. La fougue d'un Remi Tales, l'impact d'un Remi Lamerat, mais aussi et surtout les appuis d'un Marcel Garvey allaient ainsi faire la différence. C'est d'ailleurs ce dernier qui inscrivait le seul essai du match, exploitant à merveille un ballon de récupération pour taper à suivre et conclure (13-3, 28e). Symbole froid réalisme des Tarnais, qui pouvaient par ailleurs compter sur leur buteur Rory Kockott pour accroitre la marque. Et de quoi faire oublier cette absence de M. Clouté en début de rencontre, l'arbitre n'ayant pas vu l'en-avant volontaire d'Henry Chavancy qui avait coupé un essai tout fait à Brice Mach (9e).

Essai refusé à Andreu

Pour leur retour à Pierre-Antoine, les "deux Laurent" ont pourtant failli jouer un drôle de tour à leur ancienne équipe. Car s'il a couru après le score durant toute la partie, le Racing-Metro n'a jamais été distancé. Et il a su mettre les ingrédients nécéssaires pour maintenir la pression sur son adversaire. Comptant sur une efficacité redoutable au contest pour récupérer nombre de ballons, les Ciel et Blanc sont parvenus à gêner un CO pourtant "difficile à manoeuvrer", de l'aveu même de Fabrice Estebanez avant la rencontre. Un travail que faisait fructifier Jonathan Sexton, toujours à 100% de réussite à l'extérieur cette saison (12/12, et 4/4 ce samedi).

Le troisième ancien Castrais du jour était même tout près de faire basculer la rencontre. Marc Andreu, lui aussi champion de France l'an dernier, finissait en effet dans l'en-but juste avant la pause. Mais il voyait son essai refusé à la vidéo pour une passe en avant (39e). Une décision arbitrale que ruminaient encore les Franciliens à la fin de la rencontre. Car le Racing venait de laisser filer l'occasion de faire basculer le match. S'il aura manqué de réalisme et d'opportunisme, notamment dans les dernières minutes alors que son adversaire était réduit à 14, son abnégation lui permettait cependant de ramener un précieux bonus défensif du Tarn, où Castres reste donc invaincu. Une nécessité pour le CO, toujours à la recherche d'un premier succès en déplacement cette saison.