Damien Traille - Biarritz - 2012-2013 - DPPI
 
Article
commentaires
Top 14

8e journée - Damien Traille: "Peut-être que certains veulent faire tomber Blanco et le BO..."

Traille: "Peut-être que certains veulent faire tomber Blanco et le BO..."

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 29/09/2013 à 17:39 -
Par Rugbyrama - Le 29/09/2013 à 17:39
La consternation de Traille, les déceptions de Landreau et Orioli, l'émotion de Lassalle, le constat de Nyanga... Les phrases marquantes de la 8e journée.

Damien Traille (centre et capitaine de Biarritz): "Je suis très déçu du résultat par rapport à l'investissement que l'on a mis. Le président a touché du doigt ce qui nous fait du tort depuis le début de saison. Peut-être qu'il dérange, peut-être qu'ils veulent le faire tomber et tomber le BO. C'est vrai que la faute de 'Pete' (Taele), elle y est sauf que eux font un plaquage haut sur notre demi de mêlée, il est obligé de sortir et il n'y a rien du tout. Je ne vais pas parler de l'arbitrage, ce n'est pas à nous joueurs d'en parler. Vous (la presse), vous nous condamnez. Sur ce que l'on a montré aujourd'hui sur le terrain à 14 face à une équipe de Bayonne avec beaucoup d'ambitions qui veut jouer dans les six premiers, on leur a posés beaucoup de problèmes, ça prouve qu'on a le potentiel pour se maintenir. C'est dur qu'on ne prenne pas un point, minimum, voire quatre parce que ce n'est pas avec ce qu'ils nous ont montré qu'on était réellement en danger. Si on a la même ambition, si on peut jouer à 15 toute une partie, si on peut mettre la même pression que l'on a mis aux Bayonnais, il y a de l'espoir. La défaite d'aujourd'hui nous laisse au point de vue comptable au même point, on sait qu'on s'est mis dans une situation difficile mais on ne va pas baisser les bras. Les résultats des autres (Brive, Oyonnax) ne nous avantagent pas mais qu'est ce qui nous avantage aujourd'hui ?"

François Trinh-Duc (ouvreur de Montpellier): "C'est presque un exploit de ramener le bonus défensif du Stade français vu le match. On a été moins rigoureux, moins précis qu'eux et ils nous ont opposé une défense agressive. C'est peut-être à cause de la fraîcheur, mais on ne se cache pas derrière ça. On a encore du travail pour s'imposer à l'extérieur."

Patricio Noriega (entraîneur des avants du Stade français): "On connaissait la qualité de Montpellier, on savait que ce serait dur. On gagne des matches, mais on s'est quand même parfois trompé dans le jeu. On a mis beaucoup d'engagement, d'état d'esprit. On va continuer à travailler parce qu'on sait que ça va être très dur la semaine prochaine à Toulouse."

Icon Sport

Fabrice Landreau (directeur sportif de Grenoble): "Nous avons fait une bonne entame de match, durant laquelle on a su mettre du rythme. A quatorze contre quinze, on se doutait qu'ils ne pourraient plus nous contre-attaquer sans prévenir. Mais on a commis bien trop de maladresses. Ce qui m'a sauté aux yeux ce soir, c'est que nous n'avons pas réussi à tenir le ballon, chose que nous réussissions à faire depuis le début de saison. Nous avions mis en garde les joueurs en disant que ce match était très important. Nous souhaitions valider le bon résultat de Biarritz."

Thibault Lassalle (deuxième ligne d'Oyonnax): "Nous étions tellement déçus d'avoir concédé la défaite face au Stade Français que cette semaine fut compliquée. Nous avons eu du mal à rebondir. Au regard de l'entame de match, nous avons vite su que cela serait compliqué aujourd'hui. Mais malgré la blessure de 'Flo' Denos (luxation d'une épaule, ndlr), nous avons su rester dans le match. Nous ne nous rendons pas encore bien compte de ce que l'on a fait, mais c'est aussi la force de ce groupe que de vite rebasculer sur le match d'après. Sur ce match, je retiendrai aussi le fait que, contrairement au Stade Français, nous avons su conserver davantage nos ballons."

Jean-Charles Orioli (talonneur de Toulon): "Oyonnax s'est montré très réaliste. Ce match se joue sur des détails. Champions d'Europe, nous savons que nous serons attendus partout. Chaque match sera très difficile. Cette défaite n'est pas inquiétante."

David Darricarrère (entraîneur de Castres): "Nous avons effectué une très grosse première mi-temps, une mi-temps énorme, avec un rugby de haut niveau. Problème, et problème récurrent, nous n'avons pas concrétisé, au pied ou à la main, toutes nos occasions. Après, nous avons joué sous pression et le Racing est revenu dans la partie grâce à sa puissance. A la fin, à 14 contre 15, on a encore pu mesurer l'état d'esprit exceptionnel de nos garçons. Peut-être que le match aurait pris une autre tournure si l'on nous avait accordé, toujours en première période, un essai qui était valable. C'est quand même dommage que l'arbitre n'ait pas eu recours à la vidéo. Cela fait deux fois depuis le début de la saison et ça aurait pu nous coûter cher compte tenu du faible écart".

Yannick Nyanga (troisième ligne et capitaine de Toulouse): "Le coup est passé très près, mais il est dommage de rater la première mi-temps. On a un sentiment mitigé ce soir. Malgré une mauvaise entame, on tourne à la mi-temps à huit points (14-6, ndlr). Même s'ils ont dominé la première mi-temps, on prend un essai casquette et on est plutôt en place en défense. Sur la fin, on domine la partie mais il nous a manqué plus de patience et de maturité pour l'emporter aujourd'hui. On repart avec un point et l'avenir nous dira s'il est important ou pas."