Montage un jour cinq images Habana - 1 septembre 2013 - Icon Sport
 
Top 14

3e journée Top 14 - Un jour, cinq images: Habana, dix minutes et puis c'est tout...

Un jour, cinq images: Habana, dix minutes et puis c'est tout...

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 12/12/2013 à 12:46 -
Par Rugbyrama - Le 12/12/2013 à 12:46
Les dix minutes d'Habana, Jean-Bouin en fête, le double visage de Bardy ou le trio bayonnais en feu... Les images fortes de la troisième journée de Top 14.
 

  • A QUOI ONT SERVI LES SPRINGBOKS ?
Icon Sport

Si le Four-Nations faisait une pause ce week-end, les clubs français en ont profité pour rappeler en renfort leurs joueurs sud-africains. Nous sommes cependant en droit de nous demander quel fut la réelle plus-value des Springboks. En témoignent notamment les prestations du Toulonnais, Bryan Habana et du Parisien, Mornè Steyn, tous deux cantonnés à une dizaine de minutes de jeu. Insuffisant pour réellement se mettre en valeur. Titularisés contre Clermont, les Toulousains Gurthro Steenkamp et Jano Vermaak ont, eux, disputé quasiment l'intégralité de la rencontre. Sans pour autant permettre aux Haut-Garonnais de l'emporter à Marcel-Michelin. Quant à Juandre Kruger, le Racingman, il est le seul à avoir joué le match entier. Une rencontre couronnée de succès contre Oyonnax. A l'issue des rencontres, l'ensemble des Boks ont repris le chemin de la sélection.... à quelques milliers de kilomètres de là.


  • JEAN-BOUIN COMME AUX GRANDES HEURES
Icon Sport

Trois ans... Voilà le temps que les Parisiens auront dû attendre avant de retrouver leur antre de Jean-Bouin. Trois longues années d'exil à Charléty, marquées également par des résultats sportifs bien loin de ceux des années fastes du club entre 1998 et 2009. Pour ces retrouvailles avec l'enceinte rénovée, le Stade français avait mis les petits plats dans les grands. Que ce soit durant l'avant-match bien entendu, mais également durant les quatre-vingt minutes. On retiendra ainsi que Pierre Rabadan, depuis quinze ans au club, aura été l'auteur du premier essai dans le nouveau Jean-Bouin. Trois autres suivront pour une succès total 38-3 face à des Biarrots trop apathiques et même absents des débats. De quoi rappeler de bons souvenirs au public parisien...


  • BARDY, MI-ANGE, MI-DEMON
Icon Sport

International portugais, le troisième ligne clermontois, Julien Bardy (28 ans, 17 sélections), a montré deux visages différents contre le Stade toulousain. Rendu coupable d'un hors-jeu en début de match (20e), il a écopé de son deuxième carton jaune de la saison en seulement trois rencontres de championnat. A titre de comparaison, l'an passé, il n'en avait reçu que trois tout au long de l'épreuve. Mais, redoutable combattant dans les rucks et très disponible dans le jeu courant, il s'avère également être un précieux atout pour l'ASMCA. Peu avant la pause, il a réussi à y aller de son essai après une belle percée de Benson Stanley. Un sacré paradoxe...


Si l'Aviron bayonnais réalise un début de saison encourageant, il le doit en grande partie à son trio offensif, Lovobalavu-Rokocoko-Spedding. Déjà en forme durant les matchs de préparation, ces trois-là ont déjà inscrit cinq essais durant les trois premiers matchs en Top 14 de la formation basque. Un bon ratio quand on sait que Bayonne totalise sept réalisations jusqu'à présent. Samedi, face à Perpignan, les compères ont fortement contribué au succès des leurs, y allant chacun de leur essai. S'ils conservent cet état de forme, où ils affichent des jambes de feu, nul doute que l'Aviron peut espérer bien jouer les outsiders pour la course à la qualification en phase finale.

DPPI

  • LE RACING PAS ENCORE DANS LE TEMPO

Face au promu, Oyonnax, l'essentiel a été assuré par le Racing Métro, à savoir la victoire (22-9). Mais que ce fut compliqué pour les partenaires de Sébastien Descons ! Menés plus d'une mi-temps au score sur leur pelouse d'Yves-du-Manoir, les Racingmen ont joué avec le feu. Mais l'indiscipline des Oyonnaxiens aura finalement facilité la tâche des Franciliens. A 15-9, les joueurs de l'Ain ont écopé de deux cartons jaunes. Un avantage numérique dont les hommes du duo Labit-Travers ont profité pour valider leur victoire sur un essai tardif du talonneur, Virgile Lacombe, sur la sirène. Pas encore de quoi pavoiser pour le Racing Métro et son effectif taillé pour jouer les premiers rôles cette saison. Et qui aura un sacré test mercredi à Toulouse...

Icon Sport
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×