Michael Claassens - Toulon Stade français - 3 mai 2014 - Icon Sport
 
Top 14

26e journée Top 14, RCT-SFP (17-15) - Toulon en leader, Paris sur sa faim

Toulon en leader, Paris sur sa faim

Par Jérémie Naudinat
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 03/05/2014 à 17:18 -
Par Jérémie Naudinat - Le 03/05/2014 à 17:18
Réduits à quatorze à une demi-heure de la fin, les Varois ont résisté aux Parisiens (17-15). Le RCT est en demie, le Stade français manque les phases finales.
 

Toulon remporte une victoire aux forceps, à Nice, contre une bonne équipe du Stade français, sur le score de 17 à 15. Malgré beaucoup de fautes d’indiscipline et de nombreuses occasions manquées, le RCT finit en tête la phase de poule du Top 14 et jouera directement les demi-finales du championnat. Les Parisiens, opportunistes et qui ont manqué d’un souffle les deux points du match nul, devront passer par un match de barrage franco-anglais pour disputer la prochaine Coupe d’Europe. 

C’était le match qu’il ne fallait pas rater. Dans une dernière journée de Top 14 étouffante, avec d’énormes enjeux sur chaque match, Toulon et le Stade français voulaient l’emporter à Nice. La tension était palpable, et cela s’est vu. Beaucoup d’indiscipline des deux côtés, quelques accrochages pas toujours justifiables, et de la fébrilité dans le jeu. En particulier côté toulonnais. Le RCT, incapable de prendre le jeu à son compte, ne parvenait pas à scorer, gêné par une défense exemplaire du Stade français. Ce sont même les Parisiens qui s’offraient le seul essai de la première mi-temps, après une chistera cafouillée par Bryan Habana et un contre de 50 mètres conclut par Hugo Bonneval (32e, 10-3 score à la pause). Mené à la pause, Toulon se faisait siffler par son public.

Mikautadze perd ses nerfs

La deuxième mi-temps voyait les Toulonnais appuyer enfin sur l’accélérateur, et Drew Mitchell était à la conclusion d’un bon mouvement général, bien décalé par David Smith (45e, 8-10). Toulon prenait même l’avantage quelques minutes plus tard sur pénalité, malgré un Michalak peu inspiré ce samedi (50e, 11-10). Las, Toulon perdait ses nerfs et le deuxième ligne Mikautadze se voyait exclu sur un coup de pied au sol (52e, carton rouge). Avec pas moins de 4 cartons (dont 3 jaunes pour Paris), le match tournait parfois à la foire d’empoigne. Paris ratait finalement le coche et le match nul, à deux minutes du terme: Morné Steyn ne parvenait pas à transformer l’essai inscrit par Van Vuuren.

Avec cette victoire finale 17-15, Toulon s’est donné le droit de disputé directement les demi-finales du championnat. Mais clairement, les efforts consentis pour la demi-finale européenne face au Munster ont pesé dans la balance. Toulon payera-t’il ses dépenses physiques par la suite ? C’est tout la question. Pour le Stade français, il faudra passer par un barrage franco-anglais pour disputer la Coupe d’Europe, cinq ans après sa dernière participation à l’épreuve.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×