Gaël Fickou - Oyonnax Toulouse - 19 avril 2014 - Icon Sport
 
Top 14

25e journée Top 14 - Oyonnax-Toulouse (19-19) - Un nul et beaucoup de regrets

Un nul et beaucoup de regrets

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/04/2014 à 20:20 -
Par Clément Mazella - Le 19/04/2014 à 20:20
Oyonnax a concédé un résultat nul sur sa pelouse (19-19) et se met en danger dans la course au maintien. Beauxis a raté la pénalité de la gagne sur la sirène pour Toulouse.
 

Ce match nul n’arrange aucune des deux équipes dans la dernière ligne droite du championnat. Pour être maîtres de leur destin lors de la dernière journée de Top 14, Oyonnax et Toulouse devaient à tout prix s’imposer lors de cette 25e et avant-dernière journée. A l’issue d’un âpre combat (19-19) au stade Charles-Mathon et devant un public venu nombreux, ils ont sauvé l’essentiel: deux points de plus au classement. Le Toulousain Beauxis n’est pas parvenu à réussir la pénalité de la dernière chance dans la dernière minute de la rencontre. Son équipe reste sixième et pourrait voir l’UBB ou le stade français, qui s’affrontent en soirée, revenir à sa hauteur. Quant aux joueurs de l’Ain, désormais onzièmes, ils repassent devant Bayonne (13e) et sont désormais à égalité de points avec Perpignan (12e). La dernière journée s’annonce tendue mais passionnante pour tous les acteurs de ce match.

En l’absence de McAlister, de nouveau blessé, Doussain s’est mis rapidement en évidence sur un premier drop réussi (0-3, 3e). A l’image de son équipe, l’international tricolore s’est laissé endormir par cette entame idéale. Si Oyonnax n’a pas profité de son temps fort pour concrétiser ses nombreuses attaques ni les pénalités de son buteur Urdapilleta (1/3 en première période), Toulouse n’a quasiment jamais trouvé le bon intervalle pour inscrire un essai. Pour un prétendant aux barrages, c’est inquiétant ! Doussain a bien ajouté deux pénalités en deux minutes (3-9, 29e) mais sa défense a fini par craquer sur un essai de Denos, un ancien de la maison, servi au pied par une passe subtile d’Urdapilleta (10-9, 38e).

Beauxis rate la pénalité de la victoire

Au retour des vestiaires, les coéquipiers de Poitrenaud ont visiblement compris qu’ils pourraient avoir des regrets à force de jouer petit bras malgré la vaillance de leurs adversaires. Remontés et beaucoup plus tranchants en phase offensive avec notamment les charges de Gear ou Fritz, ils sont repassés devant au tableau d’affichage sur un essai de Doussain (10-16, 49e), auteur de tous les points de son équipe en ajoutant sa dernière pénalité (63e). Soutenu de la voix par ses supporters, les Oyomen ne se sont pas laissés abattre et ont profité du coup de pied retrouvé d’Urdapilleta pour égaliser grâce à trois pénalités (19-19, 54e, 63e et 75e).

Deux minutes auparavant, les joueurs de Christophe Urios se sont vus refuser un essai d’Aguillon pour un léger en-avant au départ de l’action. Ils ont surtout frôlé le pire des scénarios sur une pénalité concédée à la dernière minute. Beauxis, entré en jeu, a décidé de s’en charger à la place de Doussain et il aurait dû s’abstenir. Son coup de pied s’est révélé défaillant face aux perches et il n’a pas réussi à mettre à l’abri son club pour se rapprocher un peu plus d’une qualification en phase finale. Dans deux semaines après les demi-finales de la H Cup, la victoire sera impérative face à Grenoble lors de la dernière journée pour rester dans la course au Brennus. Pour Oyonnax, tout dépendra de ses concurrents directs pour le maintien (Grenoble, Perpignan et Bayonne) mais comme le Stade, il faudra avant tout s’imposer à Brive pour conserver sa place dans le Top 14.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×