Palis - Castres Toulouse - 22 février 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

20e journée Top 14, CO-Stade toulousain (29-27) - Castres, la remontée fantastique

Castres, la remontée fantastique

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 22/02/2014 à 22:52 -
Par Fabien Pomiès - Le 22/02/2014 à 22:52
Après avoir accusé 19 points de retard, Castres s'est appuyé sur son pack pour s'imposer face à une équipe de Toulouse séduisante mais ultra sanctionnée (29-27).

La mêlée a encore de beaux jours devant elle, et ce n’est pas David Darricarrère qui dira le contraire. Après avoir grimacé toute la première mi-temps, le coach des avants castrais a retrouvé le sourire en seconde période. Ses joueurs, piqués au vif après avoir encaissé trois essais en trente minutes, ont retrouvé des couleurs après l’exclusion de Ferreira (38e), et l’essai de pénalité qui a suivi. Et quelles couleurs ! De retour des vestiaires, les avants du CO ont littéralement mis au supplice leurs homologues toulousains, vite dépassés en mêlée fermée. Malgré un essai de dernière minute de Vincent Clerc, les Toulousains doivent se contenter du bonus défensif (29-27), Bézy ayant vu sa transformation heurter le poteau.

A 22-3 au bout de trente minutes, on pensait le Stade toulousain bien parti pour remporter une seconde victoire probante à l’extérieur cette saison. C’était sans compter sur la puissance de Wihongi et consorts, énormes en mêlée tout au long de la seconde période. Le carton jaune reçu par Johnston (52e) sur un en-avant volontaire peu évident, a définitivement handicapé les joueurs de Guy Novès. Dès lors, le rouleau compresseur tarnais était en marche. Les champions de France en titre marquaient trois essais en vingt-cinq minutes, grâce à leurs avants d’abord (de pénalité, 58e), puis grâce à Kockott (64e) et Garvey (74e).

Toulouse, si proche du match nul

Alors qu’on croyait les Toulousains finis, définitivement distancés à sept points des Castrais, une percée de Vincent Clerc pouvait tout changer. Bien servi, Hosea Gear ne parvenait pas à aplatir. Suite à deux cartons jaunes reçus coup sur coup (Garvey et Kirkpatrick), le CO était à la peine, et le Stade parvenait à marquer en bout de ligne dans les arrêts de jeu. Sébastien Bézy, fraîchement rentré, voyait sa transformation échouer sur le poteau. Toulouse termine finalement à deux petits points d’un match nul, et reste septième eu classement. Guy Novès, passablement énervé par la conjoncture internationale, s’est dit "fier" de ses joueurs au coup de sifflet final.

Fier, et content d’avoir assisté à un beau match de rugby. Une mi-temps partout, et huit essais, c’est assez rare pour être souligné. Bonne nouvelle pour les Toulousains, les jeunes pousses ont répondu présent aujourd’hui, malgré la défaite. Côté castrais, la démonstration de force des avants est de bonne augure pour la suite du championnat. Amputés d’une bonne partie de leur pack, les coéquipiers d’Antonie Claassen restent bien placés pour accrocher une des deux premières places à l’issue de la phase régulière. A six journées de la fin, ils occupent une belle troisième place, à un petit point du Stade français. La fin de ce Top14 s’annonce palpitante, à l’image du superbe match que Toulouse et Castres ont livré ce samedi soir.

 
 

commentaires


  • quinzetarn24/10/2014 03:46

    Oui 10 ans:depuis que cest la mode.

  • le Castrais Nouméen24/02/2014 22:35

    Donc si je suis ton raisonnement, Toulon de ne devrais plus gagner de match jusqu’à la fin de la saison (voir la saison prochaine non plus) vu comment ils l'ouvrent sur tous le monde.

  • tintinletoulousain24/02/2014 20:47

    Ils peuvent remercier chaleureusement l' arbitre, 30 minutes à 14 ça aide BEAUCOUP