Morgan Parra - grenoble clermont - 14 février 2014 - DPPI
 
Article
commentaires
Top 14

20e journée Top 14, ASMCA-MHR - Les blessures s'accumulent, Clermont fait le dos rond

Face aux blessures, Clermont fait le dos rond

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/02/2014 à 16:26 -
Par Fabien Pomiès - Le 20/02/2014 à 16:26
Amoindrie par les blessures et les matches internationaux, l'ASM Clermont-Auvergne sera privée de plusieurs cadres pour recevoir son dauphin Montpellier samedi. La loi des séries frappe Clermont, mais cette relative fragilité resserre encore plus le groupe.

On a suffisamment vanté la richesse de l'effectif clermontois pour savoir que le groupe de 23 joueurs que choisiront les entraîneurs Vern Cotter et Franck Azéma pour le choc face à Montpellier sera très compétitif. Mais question joueurs absents, Clermont est largement servi en cette période de doublons... Cinq internationaux en sélection ce week-end, les quatre français Debaty, Domingo, Chouly et Fofana et le Ggéorgien Zirakashvili. Plus les blessés, Kayser, Bonnaire, Bardy, Delany, King et Lacrampe. "Avec onze joueurs non disponibles, c'est sûr que l'on n'est pas dans les meilleures conditions pour recevoir une équipe en pleine euphorie comme Montpellier", regrette l'entraîneur Vern Cotter.

" C'est de la malchance, des porte-à-faux"

Depuis le mois d'août, l'infirmerie clermontoise est aussi fréquentée que les loges du stade Michelin un jour de match. "On a une accumulation de blessures, mais qui sont plus liées à des faits de jeu qu'à des conditions particulières dues à l'hiver ou aux doublons", décrypte l'un des deux médecins du club, Thibaut Stiernon. "On n'a pas de grosses blessures, heureusement, mais une répétition de blessures du même type, notamment au niveau des genoux, peut-être un peu plus fréquentes que l'année dernière. Mais c'est plutôt de la malchance, des porte-à-faux. On ne peut pas parler de facteurs favorisants. Il y a un peu une loi des séries, et on est dedans en ce moment".

La loi des séries, mais aussi les virus et les pelouses en mauvais état... Les facteurs de risque sont nombreux actuellement. Franck Azéma tente de gérer son groupe au mieux, et en appelle au professionnalisme de chacun. "Il y a des terrains qui ne sont pas de même densité, on est en hiver, il faut essayer de passer à travers les gouttes. Il reste deux rencontres avant une coupure pour régénérer un peu le groupe. Ce sont des blocs de matches importants, c'est pour cela qu'on a essayé de ménager un peu le groupe il y a trois semaines. Le travail de préparation, de réhabilitation, la façon de se reposer, de manger ; tout ce qui est autour du rugby est important pour la fin de saison".

Lapandry: "Il faut se serrer les coudes"

En attendant les beaux jours, Clermont fait le dos rond, et se soude encore plus. "On va s'accrocher, il y a du caractère dans ce groupe", explique Vern Cotter. "On a un gros effectif et il nous sert en ce moment. Il faut se serrer les coudes", appelle le troisième ligne Alexandre Lapandry.

Toute l'année, et à plus forte raison en ce moment, l'équipe première intègre à ses entraînements de nombreux joueurs du centre de formation. Une vraie richesse dans laquelle puise Clermont, comme en témoigne le pilier, Raphaël Chaume, ancien pensionnaire de la pépinière auvergnate. "Les jeunes sont toujours là pour nous aider à travailler. Et même s'il y a pas mal d'absents il reste du monde, et ça permet de resserrer encore plus le groupe".

Le "made in Clermont" comme solution

L'apport de la formation maison sera précieux samedi, en première ligne notamment. Avec trois piliers en sélection et Daniel Kotze incertain après un accident de la route il y a une quinzaine de jours, Cotter n'a pas de casse-tête à résoudre pour choisir ses titulaires. Ce sera du "made in Clermont", puisque seuls Chaume et Ric sont partants certains. "On est obligés d'aller pêcher chez les jeunes. Etienne Falgoux fera partie des 23, et il est probable que notre jeune géorgien Giorgi Sharashidze soit sur le banc. On prendra la décision pour Daniel Kotze samedi matin", détaille le coach.

Et si samedi, le pilier droit Clément Ric doit jouer 80 minutes, pas de problème. "On sera peut-être un peu fatigués à la fin, mais on est tellement bien préparés physiquement qu'il n'y a pas de souci pour tenir tout le match. Il y a des périodes comme ça, mais il y aura des jours meilleurs..."