Jean Joseph Marmouyet - bayonne - 17 octobre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14 > - Bayonne

17e journée Top 14, Aviron bayonnais-Clermont - L'Aviron ne doute pas de sa force

L'Aviron ne doute pas de sa force

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/01/2014 à 18:06 -
Par Fabien Pomiès - Le 23/01/2014 à 18:06
L’Aviron bayonnais, avant-dernier du classement, s’avance confiant en sa capacité de battre Clermont, le leader, samedi à l’occasion de la 17e journée du Top 14. 

Il n’y a rien d’anormal à entendre des sportifs de haut niveau dire qu’ils peuvent gagner. L’inverse aurait été plus inquiétant pour l'Aviron au moment d'affronter Clermont. Mais à Bayonne, l’affirmation va au-delà de la simple envie. "J’en suis convaincu, affirme l’entraîneur Christian Lanta. Clermont est un club que l’on respecte beaucoup. On est conscient des difficultés et on a beaucoup travaillé sur ce match. On a les qualités pour gagner devant cette équipe. Pour chaque joueur il faut que ce soit un match quasiment à zéro faute, dans la discipline, dans l’efficacité. Je sens une équipe et des joueurs qui ont envie de réaliser cet exploit".

Lanta: "L'équipe joue de mieux en mieux"

Vendredi dernier pour un ultime match de poule sans enjeu à Grenoble en Challenge européen, l’Aviron bayonnais a pu faire "souffler" les joueurs-cadres. Deux jours plus tard en H Cup, Clermont ne s'estt pas économisé pour venir à bout du Racing Métro avec le bonus offensif. Sur la fraîcheur, les Basques pourront rivaliser dans la dimension physique, l’un des points forts de l’adversaire auvergnat. Par contre, Christian Lanta ne pense pas un instant tirer avantage des nombreux absents clermontois: "C’est le vice-champion d’Europe, une équipe invaincue depuis le mois d’octobre et le seul club qui peut se permettre d’aligner deux équipes performantes".

Bayonne compte avant tout sur sa qualité pour l’emporter. "L’équipe joue de mieux en mieux, déclare Christian Lanta. Elle est plus solide défensivement et offensivement". Le dernier match gagné à domicile face à Toulouse tend à le prouver. "C’est le match le plus complet depuis le début de la saison dans l’engagement, le sérieux et la lucidité", considère Jean-Jo Marmouyet. "Ce match nous a fait énormément de bien dans le contenu, poursuit Christian Lanta. Montferrand est aujourd’hui supérieur à Toulouse, mais pour nous il faudra s’inspirer de ce qu’on a fait ce jour-là". L’Aviron peut également compter sur l’effet Jean-Dauger. "Mis à part cette défaite contre le Racing, on a toujours été solides, rappelle Lanta. Dans des matchs difficiles et équilibrés, on a su aller chercher la victoire. On est sur notre terrain, on réussit à Jean-Dauger. La motivation et la confiance sont là aujourd’hui".

Un calendrier favorable

Pour le spectateur, Bayonne n’est pas une équipe divertissante à regarder. Pour l'adversaire, elle serait plutôt du genre pénible, notamment au moment de combattre. "Si on arrive à respecter les bases, on peut être fort devant", avoue Aretz Iguiniz. "On est peut-être des pénibles, mais on a aussi une belle ligne de trois-quarts qui sur terrain sec peut faire beaucoup de dégâts. On s’adapte aux conditions pour faire en sorte que ça marche", poursuit le pilier. Ce week-end ce sera pluie et terrain gras. “Ça va se jouer devant", avance Marmouyet. 

Comme la mêlée semble avoir retrouvé les bons réglages sous les conseils de Jean-Michel Gonzalez arrivé il y a deux mois, cette équipe s'avance équipée pour les terrains lourds. Un profil qui permettrait à l'Aviron bayonnais de gagner son maintien en Top 14 cet hiver. Scénario possible si l'on ajoute que Bayonne est aussi le mieux loti au regard du calendrier: "Nous avons six réceptions pendant que nos concurrents directs n’en ont plus que cinq (Perpignan et Brive) voir quatre (Oyonnax), constate Christian Lanta. C’est quand même un avantage conséquent. À nous d’être résistants, ne pas fléchir à Jean-Dauger". Cela commence donc par Clermont samedi avant Brive dans quinze jours. “Deux victoires, ça nous est indispensable, mais en aucun cas il n’est question de dramatiser si jamais ce n'est pas le cas”, précise Marmouyet, histoire de faire baisser la pression avant ce premier rendez-vous crucial face à la montagne auvergnate.