Fritz Toulouse-UBB Top 14 2013/2014 - AFP
 
Top 14

14e journée Top 14, Stade toulousain-UBB (18-16) - Toulouse s'en sort vraiment bien...

Toulouse s'en sort vraiment bien...

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 22/12/2013 à 10:20 -
Par Fabien Pomiès - Le 22/12/2013 à 10:20
Brouillon, maladroit et sans inspiration, Toulouse s'est imposé dans la douleur (18-16) face à une équipe de Bordeaux-Bègles qui peut avoir de gros regrets.
 

En clôture de la 14e journée du Top 14, les Toulousains ont eu bien du mal à se défaire de l’Union Bordeaux-Bègles (18-16). Les Haut-Garonnais l’emportent notamment grâce à l’apport de leur banc et l’expérience de ses cadres. Les joueurs de Raphaël Ibanez pourront s’en vouloir même s’ils repartent d’Ernest-Wallon avec le point du bonus défensif. Grâce à cette victoire étriquée, Toulouse est au pied du podium. Bordeaux-Bègles est neuvième.

Le public toulousain n’aura pas à culpabiliser d’avoir délaissé les préparatifs du réveillon de Noël pour assister à la dernière performance de l’année de son équipe à domicile. Malgré un terrain gras et une heure tardive pour produire du beau jeu, les deux équipes n’ont pas rechigné à produire du mouvement. Surpris dès la 8e minute par un essai de Clarkin, servi après par une belle percée de l’ailier Connor, intenable ce samedi soir, les Toulousains ont dû cravacher et s’appuyer sur une bonne tenue en mêlée (au moins durant le premier acte) pour rentrer avec seulement une longueur de retard au tableau de marque à la mi-temps (12-13).

Noves avait prévenu

"La première mi-temps n’est pas maitrisée et il me tarde la mi-temps", avouait le coach toulousain, Guy Novès, juste avant la pause. Le gourou des Rouge et Noir n’a d’ailleurs pas tardé à se faire entendre en faisant rentrer ses internationaux (Dusautoir et Maestri puis Poitrenaud dans un second temps). Les cadres stadistes ont alors pris le jeu à leur compte pour remettre la main sur un match qui aurait pu leur échapper. Il s’en est d’ailleurs fallu de très peu pour que l’UBB réalise l’exploit: une décision peu judicieuse des joueurs (pénalité tapée en touche alors que le banc demandait les points, 58e) et un carton jaune infligé à Poirot pour un plaquage haut (66e) ont permis aux Toulousains de tranquillement refaire leur retard. Et au petit jeu des buteurs, c’est finalement Lionel Beauxis, auteur de cinq pénalités et un drop, qui a devancé Pierre Bernard, pourtant deuxième meilleur réalisateur du championnat.

Avant le "Boxing Day" et les derniers matchs de cette année 2013, le Stade toulousain ne s’est pas rassuré après ses performances mitigées en H Cup. La rencontre face aux Bayonnais à Jean-Dauger s’annonce palpitante. Vincent Etcheto devra lui remobiliser ses hommes, auteurs d’une belle performance mais en manque de points à l’extérieur, pour la réception d’un concurrent direct au maintien, le CA Brive Corrèze.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×