Gregory Lamboley - Toulouse Oyonnax - 23 novembre 2013 - Icon Sport
 
Top 14

12e journée Top 14, Stade toulousain-USO (14-3): Toulouse, la victoire et puis c'est tout

Toulouse, la victoire et puis c'est tout
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/11/2013 à 17:35 -
Par Fabien Pomiès - Le 23/11/2013 à 17:35
Au terme d'une rencontre très brouillonne, les Toulousains sont venus à bout des Oyonnaxiens (14-3). Mais que ce fut dur pour les Haut-Garonnais.
 

Un essai pour rien... ou presque. Pour rien, car la réalisation de Yann David intervenait bien trop tard (75e) pour que les Toulousains puissent espérer une victoire bonifiée. Ou presque, parce qu'elle avait tout de même le mérite de sceller - enfin - le succès des Rouge et Noir face à une équipe d'Oyonnax des plus accrocheuses. Ou presque, encore, car l'USO voyait du même coup s'envoler un point de bonus défensif qu'elle aura défendu jusqu'au bout. Au sens propre.

La défense du promu a en effet été le tube de cette rencontre pourtant avare en spectacle. Solidaire, courageuse et bien en place, mais aussi audacieuse avec des montées en pointe efficaces, elle a annihilé toute offensive toulousaine pendant de très longues minutes. Obligeant les hommes de Guy Novès à user et abuser du jeu au pied haut. Exercice dans lequel Jean-Pascal Barraque, titulaire à l'ouverture, a soufflé le chaud et le froid.

Trop gourmands ?

Lorsque la pluie daignait s'arrêter sur Ernest-Wallon, les Stadites s'employaient tout de même à accélérer balle en main. Ils y parvenaient notamment grâce à un Hosea Gear très remuant. Sans toutefois pouvoir conclure. La faute, souvent, à un excès de gourmandise qui faisait oublier la dernière passe. C'était par exemple le cas dudit Gear (51e) ou encore de Gaël Fickou (54e), alors que Clément Poitrenaud se proposait à chaque fois dans l'intervalle.

Dans le premier acte, ce sont les avants qui avaient manqué de réussite. Notamment dès l'entame, avec un premier quart d'heure amplement dominé, et marqué par cinq ballons portés dans les 22 mètres adverses. A défaut d'essai, les hommes de Guy Novès prenaient les pénalités (10e, 18e, 36e) et voyaient même le capitaine oyonnaxien, Joe El Abd, écoper d'un carton jaune pour fautes répétées (12e). Mais, petit à petit, le pack haut-bugiste allait monter en puissance et faire jeu égal avec celui de son adversaire. Compliquant encore la tâche des Toulousains.

Résultat: Benjamin Urdapilleta avait même l'occasion de faire recoller les siens grâce à sa botte. Mais, perturbé par le vent, l'ouvreur laissait filer davantage de points que son vis à vis. Des points précieux à l'arrivée, puisqu'il n'en manque que quatre à l'USO pour ramener le bonus défensif. Si le promu n'y gagnera rien au niveau comptable puisqu'il reste relégable, il pourra tout de même se targuer d'être le seul club, en compagnie du champion d'Europe toulonnais, à avoir privé les Hauts-Garonnais d'une victoire bonifiée à domicile cette saison. A défaut d'envolées et de jeu léché, le Stade a de son côté assuré l'essentiel pour ce premier doublon de la saison, avec une victoire malgré l'absence de neuf internationaux.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

Votre dose de sport quotidienne livrée tous les matins dans votre boîte mail

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×