Sexton - Racing stade français - 26 octobre 2013 - Icon Sport
 
Top 14

10e journée Top 14 - Racing Métro-Stade français (16-12) - Le Racing au bout de l'ennui

Le Racing au bout de l'ennui

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/10/2013 à 22:56 -
Par Rugbyrama - Le 26/10/2013 à 22:56
Le Racing poursuit sur sa lancée et remporte le derby au Stade de France face au Stade français (16-12) après une rencontre terne et très brouillonne.
 

C’est un derby décousu que nous ont offert le Racing Métro 92 et le Stade français qui s’est conclu sur la victoire des Franciliens 16-12. Ce match était pourtant parti sur les chapeaux de roues (essai de Ducalcon 3e) mais a rapidement perdu en intensité se transformant en duel au pied entre Jonathan Sexton et Julien Dupuy. Malgré deux périodes en supériorité numérique, les Racingmen n’ont jamais su tirer avantage de leur supériorité pour se démarquer au score. Ils ont même craint d’être rattrapés en toute fin de match après un baroud d’honneur parisien avorté par un énième en-avant. C’est finalement ce que l’on retiendra de ce match qui aurait pu, s’il n’avait été le cadre de trop d’imprécisions, tenir ses promesses et offrir un beau spectacle.

C’est avec une entame de match très rapide conclue par un essai de Luc Ducalcon à la 3e et faisant suite à une belle action collective que les Franciliens se sont lancés dans ce derby qui promettait un rythme élevé. Le Stade français a semblé à la traine et maladroit dans le début de cette rencontre où il a perdu des ballons et des touches. Mais les Parisiens, cueillis à froid, se sont rapidement repris face à des Racingmen qui se sont beaucoup reposés sur quelques joueurs particulièrement efficaces notamment Sexton, Lauret ou encore Ducalcon. Le Stade français a ensuite tenu tête au Racing que ce soit en mêlée, en possession de balle ou encore en occupation du terrain. Le Stade français s’est petit à petit installé dans le match jusqu’à revenir à un point du Racing 7-6 (20e). Le carton jaune pour Hugo Bonneval pour plaquage dangereux sur Jonathan Sexton (25e) a permis au Racing de reprendre trois points et de mener 10-6. Les Racingmen n’ont pas su profiter de leur supériorité numérique malgré une grosse offensive à la 34e, avortée par l’un des nombreux en-avant de cette première mi-temps. Au moment de concrétiser, les deux équipes ont commis trop de fautes, ce qui a fait considérablement baisser le rythme du match. Les Racingmen, volontaires en première mi-temps, se sont montrés par deux fois (36e et 40e) trop imprécis face à une équipe parisienne particulièrement efficace en défense et ont donc laissé filer deux occasions d’essais qui auraient pu faire la différence. C’est sur le score de 10-6 que les deux formations se sont séparés à la mi-temps.

Peu de jeu, beaucoup de fautes

De retour des vestiaires, le Racing s’est avoué être plus pragmatique et a accroché trois nouveaux points grâce à une pénalité de Sexton 13-6 (43e) tandis que le Stade français a de nouveau été pénalisé pour un plaquage dangereux du capitaine Pascal Papé. Le début de la seconde période a encore une fois montré peu de rythme. Le nombre de fautes et d’imprécisions a augmenté. Le Stade français, à cause de son indiscipline, a été sanctionné par une pénalité réussie par Jonathan Sexton 16-6 (53e), l’Irlandais encore une fois homme du match dans cette partie que ce soit par le jeu au pied, les pénalités ou encore l’animation.

Les Parisiens se sont ensuite un peu repris, ont attaqué la ligne francilienne et grappillé quelques points malgré un manque de concrétisation dans le jeu. Ce match a montré beaucoup d’intentions mais aussi énormément de déchets notamment un en-avant (Estebanez) sur une magnifique occasion francilienne qui aurait pu faire changer la physionomie du match (65e). Un match qui aura été tendu jusqu’à la fin avec le retour au score du Stade français par l’intermédiaire de Morné Steyn qui a remplacé Julien Dupuy et a recollé 16-12 (70e). Les dernières minutes du match ont vu le Stade français tenter de renverser la vapeur et de gagner sur le fil grâce aux jambes d’Hugo Bonneval, une tentative qui a finalement échoué sous les poteaux franciliens. Une dernière action à l’image de tout le match: enlevé à certains moments mais jamais concluant. Une rencontre décevante donc pour des Racingmen dont on attendait mieux après leur match nul face aux Scarlets 26-26 en H Cup. Les Franciliens devront se reprendre avant le déplacement à Biarritz pour le compte de la 11e journée de Top 14.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×