Romain Millo-Chluski - Toulouse Agen - 8 septembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Millo-Chluski: "La réponse de Toulouse doit être collective"

Millo-Chluski: "La réponse de Toulouse doit être collective"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/09/2012 à 18:25 -
Par Rugbyrama - Le 21/09/2012 à 18:25
Titularisé en deuxième ligne pour le déplacement à Bayonne, le Toulousain Romain Millo-Chluski évoque cette rencontre qui sent le piège. Selon lui, le groupe haut-garonnais a tourné la page sur son échec barcelonais, et doit avoir une réaction collective.

Quel regard portez-vous sur Bayonne, votre futur adversaire ?

Romain MILLO-CHLUSKI: Bayonne a perdu la semaine dernière contre le Racing, à mon avis ils se sont préparés en conséquence...Ils nous attendent de pied ferme, et vont nous imposer un combat intense. Ils sont dans le dur, et vont se resserrer. Pour nous, le but est d’aller de l’avant. La semaine dernière, notre match n’a pas été bon. Mais nous nous tournons vers l’avenir, et l’objectif est avant tout de montrer un autre visage que celui vu à Barcelone.

La défaite à Barcelone était-elle un simple accident de parcours ?

R.M-C: Nous sommes humains, et nous avons tout simplement failli sur ce match. La critique a été faite. Maintenant, je me dis que perdre à Perpignan n’a rien d’exceptionnel, car on connaît la valeur de cette équipe qui était en manque de points. En revanche, il est sûr que nous n’avons pas mis les ingrédients pour faire meilleure figure.

Est-ce qu’on peut s’attendre à une révolte des avants, qui furent insuffisamment performants à Barcelone ?

R.M-C: Non, car la meilleure des réponses sera collective. L’ensemble du groupe doit rendre une autre copie que celle rendue la semaine dernière. Nous allons nous concentrer sur nous-mêmes, et cette remise en question commence par Bayonne. Je ne sais pas comment le match se déroulera, mais nous devons, au minimum, mettre les bons ingrédients dans cette rencontre.

Donc une réaction d’orgueil ?

R.M-C: De l’orgueil, il faut en avoir tous les week-ends. Après une défaite comme après une victoire. C’est comme cela que l’on avance. On sort d’une défaite, qui plus est à l’extérieur, soit. Il y a deux semaines, après le match contre Agen (victoire 62-13, ndlr.) on nous disait que l’on avait "trouvé", ou "retrouvé" le Stade toulousain... mais c’est faux. Chaque match est différent.