Novès - Toulouse - 14 octobre 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Toulouse: Remobilisation délicate

Toulouse: Remobilisation délicate

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/12/2012 à 15:07 -
Par Rugbyrama - Le 02/12/2012 à 15:07
Le manager du Stade toulousain, Guy Novès, redoute une certaine décompression de ses internationaux, de retour de sélection. Mais le moment n’y est pas propice car samedi, Clermont se présente à Toulouse.
 

Semaine agitée à Toulouse, où le club haut-garonnais a enregistré les retours de ses quatorze internationaux après la trêve internationale. Et si les trois dernières semaines ont été éprouvantes pour ces derniers, l’heure n’est pas au relâchement pour les Rouge et Noir, qui préparent activement la réception de Clermont samedi. Une situation délicate à gérer pour le staff toulousain: "Le plus dur, c’est de les remobiliser. Je ne leur ai pas sauté dessus lundi sachant que leur seule envie était de relâcher la pression. On leur a donc accordé un jour et demi de repos (lundi et mardi, NDLR) pour qu’ils voient leur famille, qu’ils rentrent chez eux. On est l’équipe qui a eu le plus de joueurs mobilisés par les sélections", explique Guy Novès. Et même si ce choc de la 12e journée de Top 14 s’annonce déjà capital pour les Stadistes, qui ont là l’occasion de "chiper" la place de dauphin à leurs adversaires, le manager des champions de France craint une certaine décompression: "Le championnat sonne un peu creux par rapport à ce qu’ils ont vécu, surtout les appelés en équipe de France. S’ils arrivent à bien enchaîner avec ce match, cela sera un très bon signe pour la suite".

Une rivalité saine avec Clermont

Un risque qu’il faut toutefois nuancer, car le Stade toulousain se voit proposer un adversaire de marque, qu’il prend un certain plaisir à affronter, puisqu’il lui ressemble: "Paradoxalement, la rivalité avec Clermont est amicale et se cantonne au terrain", dessine Novès. "C'est une rivalité très britannique, qui reflète l'esprit du rugby, en somme... Il y a des atomes crochus entre les dirigeants des deux clubs, les joueurs, et même entre les staffs. Tout le monde sait que je suis très pote avec Vern (Cotter, NDLR). Nos supporters aussi sont aussi très proches. Clermont n'est pas notre plus gros ennemi au sens péjoratif du terme. Les deux clubs ont, sportivement au moins, un fonctionnement qui se rapproche en travaillant sur le fond, l'avenir". Deux formations qui partagent un autre point commun: la lutte pour l’une des deux places directement qualificatives pour les demi-finales, leitmotiv de la rencontre de samedi.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×