Laurent MARTI Noel MAMERE - 05.05.2012 - Brive Bordeaux Begles - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Top 14, Bordeaux-Bègles: Noël Mamère ne veut pas qu'on oublie André-Moga

Mamère: "Le moment d'investir et de rénover André-Moga"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/03/2013 à 12:34 -
Par Midi Olympique - Le 26/03/2013 à 12:34
Le député-maire de Bègles, Noël Mamère, nous donne son avis sur le parcours actuel de l'Union Bordeaux-Bègles et réaffirme son désir de voir le club rester ancré dans sa commune d'origine.
 

Que pensez-vous de la saison actuelle de l'Union Bordeaux-Bègles?

Noël MAMERE: Nous vivons un moment exceptionnel. À Bordeaux, le rugby est en train de supplanter le foot, le ballon ovale suscite un formidable engouement. Il propose du fighting spirit et du talent. Il s'appuie sur un président formidable, Laurent Marti.

Le club est en bonne voie pour le maintien, avez-vous souffert à l'automne?

N.M: Bien sûr, ces derniers mois, j'ai eu quelques frayeurs. Durant cette période, j'ai senti le président inquiet, mais jamais désespéré.

On dit que le club est fragile, qu'en pensez-vous?

N.M: Oui, il est fragile car il n'a pas de moyens à la hauteur de ses ambitions. Il lui manque des gros partenaires capables de lui faire assumer l'effectif nécessaire pour bien figurer en championnat. Il faut désormais une trentaine de joueurs de très bon niveau pour assumer une saison. Le président Marti fait de bonnes choses avec son intuition et ses qualités de recruteur mais il a besoin de soutien. Je me souviens d'ailleurs qu'à l'époque du Pro D2, avec Alain Rousset (président de la Région Aquitaine, NDLR), nous avions organisé une réunion pour sensibiliser les chefs d'entreprise locaux car Laurent Marti était prêt à s'en aller devant le manque d'intérêt des acteurs économiques.

Comment expliquez-vous ce relatif désintérêt?

N.M: C'est la spécificité bordelaise. Les chefs d'entreprise d'ici ne voient pas forcément le sport comme une priorité dans leur communication. Je ne suis pas d'accord mais c'est comme ça. Ils préfèrent investir dans les grands vignobles.

En tant que maire de Bègles, faites-vous le maximum pour aider le club qui fait la notoriété de votre cité?

N.M: Vous savez que les collectivités locales sont limitées par la loi pour l'aide aux Sociétés Anonymes. Nous donnons quand même 150 000 euros de subventions directes par an. Et en plus, nous assurons l'entretien du stade André-Moga que nous avions mis aux normes exigées par la LNR et Canal+ au moment de la montée. Nous avons aussi dépensé 900 000 euros il y a quelques années pour racheter le Centre de Formation et empêcher sa disparition pure et simple. Mais il faut savoir que Bègles est une petite ville de 26 000 habitants et que nous devons financer le sport pour tous. Et je rappelle que nous avons une autre équipe qui joue à haut niveau, le handball féminin qui est en deuxième division.

L'UBB a bâti son succès sur la délocalisation de beaucoup de matchs à Chaban-Delmas, elle pourra aller sur le futur grand stade de Bordeaux-Lac. Qu'en pensez-vous? Est-ce une menace pour le caractère béglais du club?

N.M: Je pense surtout que c'est le moment d'investir et de rénover le stade André-Moga. Il faut que l'UBB soit comparable au Stade toulousain, qui joue habituellement aux Sept-Deniers et va jouer les grosses affiches au Stadium. Voilà pourquoi les collectivités locales doivent financer un André-Moga à 18 ou 19 000 places, ce qui est la jauge normale d'un club de Top 14.

Mais on pourrait proposer à l'UBB de s'établir à demeure à Chaban-Delmas...

N.M: Mais quand le nouveau stade de Bordeaux-Lac sera inauguré (en 2015, NDLR), le site de Chaban-Delmas n'aura probablement plus de vocation sportive. La Mairie de Bordeaux a lancé un appel à projet et sur les cinq candidatures, il n'y en a qu'une seule qui prévoit la possibilité de jouer des matchs, mais seulement avec 15 000 places. Et en plus, ce projet-là n'a aucune chance d'aboutir. Je pense que toutes les collectivités locales doivent se réunir pour lancer la rénovation du stade de Bègles, ça coûtera bien moins cher que le stade de Bordeaux-Lac. En plus, le stade André-Moga sera bientôt desservi par deux stations de tramway. Je ne veux pas que le stade de Bègles ne soit que le lieu de l'entraînement de l'UBB.

Retrouvez un dossier complet, sur deux pages, sur la réussite sportive, populaire et économique de l'Union Bordeaux-Bègles dans l'édition de ce lundi de Midi Olympique.

 
 

commentaires


  • Patrick AllezUnion-com10/05/2013 10:28

    Oui tout le monde, Bordeaux garderait de l'animation grand public et chaleureuse, les riverains de Chaban qui ne veulent pas y voir autre chose qu'un lieu calme 330 jours par an, Bègles qui aurait une animation plus de 200 jours par an. Ceci étant, il est interdit de le dire avant les municipales. Juppé se dédirait auprès de ses électeurs (et prêterait le flanc à son c.. d'opposant municipal) soit en devant financer Chaban (en plus du Grand Stade) soit en le cédant à la CUB, Mamère se dédirait auprès des Béglais historiques (ils ne sont pas encore tous morts) en lâchant les matchs.

  • rugb3331/03/2013 18:05

    N'oublions pas ce que fait la ville (26000 habitants) pour le club.Pour La transformation du Stade André MOGA: il y a 2 critères principaux , le financement: la CUB devra y participer pour cela il faudra que cela rentre dans ses attributions ce qui ne peut être décidé que par les conseillers communautaires (volonté politique ) deuxièmement le stade appartient au CAB club multisports et un consensus sera nècessaire pour cette opération.Quant à Noel MAMERE il a toujours été depuis 1989 un soutien indéfectible pour le CAB-CABBG-UBB

  • mathis g28/03/2013 08:07

    Dommage que Camille Lopez parte !!!! Un 10 comme ça vraiment dommage