RUGBY 2013 Top 14 Toulouse Vincent Clerc - AFP
 
Top 14

Top 14, 23e journée, Racing-Métro-Stade toulousain (26-27): Le gros coup de Toulouse

Le gros coup de Toulouse

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 30/03/2013 à 23:21 -
Par Rugbyrama - Le 30/03/2013 à 23:21
Longtemps mené au score, Toulouse a réussi à mettre fin à la série de neuf victoires de rang du Racing-Métro grâce à un essai transformé sur la sirène (27-26).
 

A voir la joie des Toulousains au coup de sifflet final, ce samedi soir au Stade de France, on se serait cru revenu dix mois plus tôt, lors de la victoire des Stadistes en finale du championnat face au RCT. Pourtant, ce n’était qu’un match de saison régulière. Toulouse a même perdu un point sur Clermont et Toulon dans la course aux demi-finales. Mais cette victoire permet surtout de situer la montée en puissance des coéquipiers et Thierry Dusautoir. Qui l’aurait cru, après que Guy Novès eut laissé entendre en début de semaine qu’il ferait tourner pour ce déplacement à Saint-Denis ? Hormis Fritz et Nyanga, le staff rouge et noir avait finalement décidé de sortir l’artillerie lourde. Et, une fois sur le terrain, les Toulousains n’ont laissé aucun doute sur leurs intentions, signant un début de match particulièrement engagé.

Les Franciliens ont d’abord su tenir le choc en défense, comme ils savaient si bien le faire ces derniers temps (trois essais encaissés lors de leurs dix dernières sorties). Avant de mettre en place leur rouleau-compresseur. Quatre pénalités de Wisniewski plus tard (12-6, 34e), les hommes de Gonzalo Quesada appuyaient sur l’accélérateur afin d’inscrire le premier essai de la rencontre par l’intermédiaire le leur buteur et homme à tout faire. 17-6 à la pause, et Toulouse réduit à quatorze après le carton jaune logiquement infligé à Picamoles.

Le tournant du match ? Tout le monde le croyait, à cet instant. Sauf Servat et ses troupes. Et ce malgré une indiscipline chronique, voire inquiétante (quinze pénalités concédées dans le match). Le bourreau se nomme Vincent Clerc, avec un doublé en moins de trente minutes (57e et 79e), soit presque autant d’essais que les neuf derniers adversaires du Racing-Métro réunis. Ensuite, Beauxis, dans une position extrêmement difficile, n’a pas tremblé pour inscrire la transformation de la gagne. C’est peu dire que la confiance est revenue dans les rangs toulousains, comme en témoigne leur performance plutôt bonne en conquête.

Pas de dixième victoire consécutive pour le Racing-Métro

Après leur victoire bonifiée mais en demi-teinte face au Stade français, dimanche dernier, les Champions en titre ont donc réalisé le gros coup du week-end. Ils comptent désormais dix points d’avance sur leur adversaire du soir et Montpellier en vue d’un barrage à domicile. Assez pour aborder les déplacements à…Montpellier, justement, puis à Clermont dans la sérénité. Comme la saison dernière (victoire 19-13 avec un essai de Gilian Galan dans les derniers instants), les Toulousains se sont donc imposés sur le fil face au Racing-Métro. Un Racing-Métro qui a montré qu’il pouvait être un candidat crédible pour le titre de champion. Oui, mais les places seront chères. Toulouse adore le Stade de France. Et a peut-être déjà pris date pour la finale du 1er juin.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×