Peyrelongue - Biarritz Castres - 16 février 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Top 14 - 18e journée - Biarritz-Castres (15-9) - Biarritz sans panache

Biarritz sans panache

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/02/2013 à 23:20 -
Par Rugbyrama - Le 16/02/2013 à 23:20
Après une rencontre équilibrée, fermée et sans éclat, Biarritz reste dans la course à la qualification après son succès devant Castres (15-9). Bonus pour le CO.
 

Une défense solide et le pied de Dimitri Yachvili. Pour renouer avec le succès, Biarritz a ressorti sa recette magique ce samedi soir dans son antre d'Aguilera. Bien entrés dans la partie, les Basques n'ont pas mis longtemps avant de prendre l'avantage au score. Devants dès la 3e minute et une pénalité réussie par leur buteur, ils ont ensuite profité de toutes les erreurs tarnaises pour prendre le large. Beaucoup trop sanctionné dans ce premier acte, Castres a enchainé les fautes au sol, offrant sur un plateau les pénalités à Yachvili. Et avec l'appui du vent, ce fut une formalité pour le demi de mêlée (9-0 à la 19e). Sans imagination, le CO se heurtait à un mur biarrot en défense et ne parvenait pas à mettre en difficulté l'arrière-garde adverse. Il fallait attendre la toute fin du premier acte pour les voir débloquer leur compteur grâce au pied de Rory Kockott. Le buteur castrais permettait à son équipe de ne pas rentrer aux vestiaires sans avoir scorer. Un moindre mal (12-3 à la pause).

Kockott sauve les meubles

La pause n'aura rien changé. Ni d'un côté, ni de l'autre. Très costaud, Biarritz se contentait de maintenir le jeu dans le camp du Castres Olympique et d'inscrire des points dès que l'occasion de présentait. Yachvili inscrivait sa cinquième pénalité de la soirée juste après une énorme occasion d'essai de la part de Ngwenya (15-3, 46e). Le CO sauvait les apparences en revenant quasiment immédiatement au score sur une de ses rares opportunités (15-6, 50e). Un trompe l'oeil tant le cinquième du championnat a été inoffensif ce samedi soir. Sans imagination, les Castrais n'ont jamais trouvé la faille dans la défense basque et peuvent remercier le vent, sans qui ils n'auraient jamais pu rester au contact du BOPB. Par quatre fois, Yachvili a eu l'occasion d'alourdir l'avance de son équipe mais a manqué de précision (54e, 56e et 65e). Le tournant du match en quelque sorte.

Ces échecs ont maintenu Castres dans la partie avec un objectif en ligne de mire: le bonus défensif. Toujours autant à la peine offensivement, les Tarnais ont eu le mérite de ne pas lâcher. La récompense est finalement arrivée en tout fin de rencontre, quasiment sur la sirène. Rory Kockott n'a pas tremblé (15-9, 80e). Biarritz s'impose plutôt logiquement dans un match bien terne. Un succès important qui lui permet de croire encore à une qualification pour les phases finales.