Sheridan - Toulon Bordeaux-Bègles - 8 septembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Toulon assure le spectacle à Mayol

Toulon assure le spectacle à Mayol

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 09/09/2012 à 11:15 -
Par Rugbyrama - Le 09/09/2012 à 11:15
Avec une grosse deuxième mi-temps, Toulon s'impose pour la quatrième fois en autant de matches. Les Varois ont mis du temps, mais leur armada était bien trop impressionnante pour Bordeaux-Bègles (42-12). Le RCT empoche le bonus offensif et prend la première place du championnat.
 

Généralement, ce sont les "grands" qui font des cadeaux aux "petits". Sans faire offense à l’équipe entraînée par Raphaël Ibanez, l’UBB était dans la position du petit poucet, face à l’ogre toulonnais. Et pourtant, c’est Bordeaux-Bègles qui est venu avec un présent. Offert par l’ailier Thierry Brana, coupable d’une cruelle et vilaine faute de mains dans ses 22, offrant à David Smith un essai sur un plateau (10e, 7-3). Toulon n’en demandait pas tant. Bousculés par les Girondins, les Varois n’ont, en première mi-temps, pas pu creuser l’écart. La malchance s’abattait au même moment sur deux joueurs, à savoir Kubriashvili et Wilkinson, remplacés assez rapidement. Le pilier laissait sa place à Hayman, et l’ouvreur anglais permettait à Michalak de faire ses premiers pas à Mayol. Pour être dans le bain, le prodige français claquait deux pénalités faciles (25e et 29e, 13-6).

L’armada déroule

Mais Toulon a eu du mal. L’angoisse, peut-être, de décevoir son public, gourmand et friand d’actions, voire d’essais. Le Varois est impatient. Mais il a du se résoudre à attendre. La délivrance est arrivée en seconde mi-temps. Et de quelle manière. Une véritable leçon de pragmatisme, d’opportunisme et il faut bien le dire, de classe. Tout cela à la fois, oui. C’est d’abord Delon Armitage qui concluait un mouvement de relance d’école de la part de ses coéquipiers (55e, 20-9). L’Anglais servait Smith, pour Giteau. Lequel recentrait au pied pour le deuxième frère Armitage. Le bonus offensif était ensuite signé Maxime Mermoz. L’international français se fendait même d’un doublé (59e, 25-12 puis 65e 32-12). Le premier essai étant bien huilé, le deuxième faisant preuve d’opportunisme après un autre raté de Brana.

La machine toulonnaise a accéléré au retour des vestiaires. Et ça n’a pas loupé. Bordeaux-Bègles a souffert. Avant de rompre. Puis de s’écrouler. L’addition est salée pour les hommes de Raphaël Ibanez. Dans la défaite, le manager de l’UBB notera quelques individualités intéressantes (Saubusse, Larrieu, Talebula). Les Girondins ont surtout constaté l’écart qui les sépare – comme la majorité des équipes du championnat – de Toulon version 2012-2013. Le RCT enchaîne un quatrième succès en autant de matches. Ajoutez à cela deux bonus offensifs, dix essais marqués, deux encaissés et une place de leader du championnat. Une équipe qui se permet d’aligner tour à tour, Wilkinson, Michalak et Giteau à l’ouverture, a forcément des ambitions légitimes. Pour l’instant, tout sourit au RCT.