Top 14

Présentation Stade français 2013-2014: La nouvelle ère

Au bord de l'asphyxie il y a deux ans, le Stade français semble, peu à peu, renaître de ses cendres. Grâce à l'apport financier du président Thomas Savare, le club de la capitale peut dorénavant se montrer plus ambitieux. Nouveau stade, nouveau staff, nouveaux joueurs, Paris voit de nouveau la vie en rose.

 
Stade français: La nouvelle ère - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Stade Français Paris Rugby

Présentation Stade français 2013-2014: La nouvelle ère - Rugby - Top 14 Fondé en 1883
Président : Thomas Savare
Entraîneurs : Gonzalo Quesada, Patricio Noriega, Jean-François Dubois
En 2012/2013 : 10e de Top 14
Palmarès : Champion de France (1893, 1894, 1895, 1897, 1898, 1901, 1903, 1908, 1998, 2000, 2003, 2004, 2007)
Stade : Jean-Bouin (20000 places)

L'objectif: Une qualification en H Cup

C'était l'objectif avoué depuis l'arrivée de Thomas Savare aux rennes du club. Et les souhaits de la direction n'ont pas changé d'un iota. "Je veux que le Stade français finisse dans les six", expliquait le président parisien dans les colonnes de Midi Olympique cette semaine. Un vœu réalisable ? Tout porte à croire que oui. Le recrutement s'est avéré en effet très ambitieux, le centre de formation regorge de jeunes talents et la rénovation du stade Jean-Bouin est enfin terminée. Un atout qui demeure non négligeable car le club se dote ainsi d'un outil de travail ultra-moderne qui pourrait accroître considérablement ses recettes et son image. Un changement qui résonne tel le symbole de l'entrée du Stade français dans une nouvelle ère. Mais attention, car les premières places sont chères. Effectif et staff technique ont été renouvelés dans les grandes lignes pendant les vacances. Si la mayonnaise prend, la formation parisienne fera en tout cas certainement partie des candidats sérieux pour une qualification en H Cup.

Les stars: Morne Steyn et Digby Ioane

Difficile de dire, à l'heure actuelle, qui s'adaptera le mieux à sa nouvelle vie parisienne. Entre Morne Steyn, l'ouvreur international sud-africain (42 sélections), et Digby Ioane, l'ailier australien (32 sélections), l'aiguille de la balance oscille indubitablement. Il faut dire que ce sont deux joueurs de poids et de renom qui ont rejoint le club. Un gros coup frappé sur le marché des transferts par l'équipe dirigeante, car avec l'arrivée de telles références au sein de son effectif, le Stade français semble entrer dans un autre monde, entouré d'étoiles. Morne Steyn, souvent comparé à une machine pour sa faculté à ne jamais trembler face aux perches, détient par ailleurs des records de précision dans son jeu au pied. Il devrait permettre à son nouveau club de se sortir des situations les plus délicates. La tâche du nouveau manager parisien, Gonzalo Quesada, sera de capitaliser cette addition d'individualités pour en dégager une véritable harmonie. 

Le joueur à suivre: Alexandre Flanquart

Présentation Stade français 2013-2014: La nouvelle ère - Rugby - Top 14 En signant son premier contrat professionnel le 1er juillet dernier, Alexandre Flanquart a obtenu la récompense qu'il méritait. Titulaire à 19 reprises en championnat, puis appelé en équipe de France pour effectuer la tournée en Nouvelle-Zelande, le deuxième ligne a passé plusieurs paliers en l'espace d'une saison. Bénéficiant d'une marge de progression encore conséquente, le natif de Cambrai devrait encore beaucoup apprendre aux côtés de l'indéboulonnable Pascal Papé. Et c'est tout l'encadrement parisien qui se réjouit de pouvoir compter sur une deuxième ligne aussi performante. Alexandre Flanquart représente une facette importante de l'ADN du Stade français: son centre de formation, le "made in Paris".

Le départ qui fait mal: Aucun

Si le staff parisien a décidé de réduire sa masse salariale, peu de joueurs ayant quitté le navire s'étaient révélés réellement indispensables ou indiscutables la saison dernière. La politique du club était claire: il fallait conserver les meilleurs éléments tout en enrichissant l'effectif avec des joueurs ayant une vraie valeur ajoutée. Dans ces conditions, difficile de voir des titulaires partir ailleurs. Sackey ou Warwick n'ont par exemple jamais convaincu dans la capitale, au même titre que Bézy parti glâner du temps de jeu du côté de Grenoble.

Les mouvements:

Arrivées: Quesada (manager), Noriega (entraîneur), Dubois (entr.Massy), A.Marco (préparateur physique, Italie), D.Ioane (Reds), M.Ioane (Australie -20ans), H.Van der Merwe (Leinster), S.Taulafo (London Wasps), M.Steyn (Blue Bulls), Cocagi (Trévise), R.Kingi (Melbourne Rebels), Sinzelle (Toulon), Nicolas (Toulouse), Kubriashvili (Toulon), Bosman (Sharks)

Départs: Laussucq (entr. Mont-de-Marsan), Auradou (entr.), Bézy (Grenoble), Tetaz (Newport), Warwick (Worcester), G.Williams (Montluçon), Turinui (Lille), Tomiki, Wright, Fainifo, Gomez-Lopez, Sackey, Chollon, Contepomi, Chabert

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |