Top 14

Poux: "Bordeaux nous avait pris dans tous les secteurs de jeu"

A quelques jours d’un déplacement à Bordeaux-Bègles qui lui rappelle quelques mauvais souvenirs, le pilier gauche international du Stade toulousain, Jean-Baptiste Poux, espère que son équipe se montrera constante pour aborder au mieux cette rencontre qui précède la Coupe d’Europe.

 
Poux: "Etre constant" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Quel regard portez-vous sur cette équipe de Bordeaux ?

Jean-Baptiste POUX : Elle est dangereuse, parce qu’elle joue beaucoup. Il s’agit d’une équipe qui ressemble à Perpignan, qui produit aussi beaucoup de jeu. Pour notre part, nous avons toujours en tête la défaite encaissée contre Perpignan (à Montjuic, 34-20, ndlr.). Nous sortons de deux bonnes prestations, contre Bayonne et Toulon, mais le plus dur, c’est de rester constant. Et cette constance nous ferait le plus grand bien avant d’entamer la Coupe d’Europe.

Vous gardez en mémoire le match de l’année dernière ? (défaite 18-17 à Chaban-Delmas le 23 mars dernier, ndlr.)

J. B. P. : Bien sûr. Pour ma part j’étais blessé, et j’avais vécu ce match depuis mon canapé. Bordeaux nous avait pris dans tous les secteurs de jeu. Ce jour là, ils avaient été plus rapides, et plus endurants que nous.

Bordeaux n’est donc plus une surprise ?

J. B. P. : Non, il ne s’agit plus d’une surprise. Tout le monde sait que l’UBB dispose d’un groupe de qualité, avec de sérieux arguments. A nous de nous préparer en conséquence. Nous avons un statut à tenir, et on ne peut plus passer à travers comme nous l’avons fait à Perpignan.

On sent que la défaite de Montjuic a laissé des traces dans les mémoires toulousaines...

J. B. P. : Cela nous a marqué en effet, car cela faisait longtemps que nous n’étions pas passés à travers de la sorte. A un moment, je me suis vu prendre cinquante points... cela ne s’arrêtait pas. C’est difficile de revenir dans un match quand il a si mal commencé...

La rotation d’effectif est-elle bien acceptée au sein de l’effectif ?

J. B. P. : Oui, car nous sommes des joueurs professionnels, et que la rotation d’effectif fait partie de notre routine : on ne peut pas commencer un saison à quinze, et la terminer à quinze. Il faut une émulation, et aussi pouvoir souffler de temps en temps. Les joueurs l’ont compris.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |