Pool Jones - Stade français - 18 aout 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Pool-Jones: "Ne pas avoir peur de se dire nos quatre vérités"

Pool-Jones: "Ne pas avoir peur de se dire nos quatre vérités"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/09/2012 à 12:15 -
Par Rugbyrama - Le 11/09/2012 à 12:15
Si le Stade français ne pointe qu’au neuvième rang, son manager, Richard Pool-Jones, ne se dit pas inquiet et refuse toute idée de crise.

Le Stade français, et son président Thomas Savare, comptait beaucoup sur les retours au bercail de David Auradou et Richard Pool-Jones. Trois ans d’absence en phases finales du Top 14, cela en était trop pour le club parisien. Mais force est de constater que les résultats ne sont pas encore au rendez-vous. Après quatre journées de championnat, le Stade français ne pointe qu’au neuvième rang, avec seulement six points au compteur. Et il s’est évité une belle catastrophe samedi en arrachant sur le fil un résultat nul à domicile contre Castres (20-20). Un scénario qui n’inquiète pas pour l’heure le manager Richard Pool-Jones. "Je sais qu'à Paris, on ne sait jamais prendre les chemins faciles. Cela fait partie de notre ADN", précise-t-il sur le site du Figaro. Mieux, l’ancien troisième ligne préfère rester positif. "Ces difficultés vont nous permettre d'avancer ensemble. Le staff croit dans ce groupe. On a du talent et un effectif ambitieux. La machine est grippée. Mais j'ai la certitude que l'on ressortira plus fort de cette période".

"Trop esthètes pour le Top 14"

Toutefois, la qualité de jeu affichée est bien loin des attentes du staff parisien. Pool-Jones ne s’en cache pas. "On pensait qu'avec le travail effectué cet été, notre début de saison serait bon, mais ce n'est pas le cas. On est parfois trop ambitieux dans le jeu et on manque de patience". Il estime même que son équipe devrait plus se recentrer sur les choses basiques. "On a une équipe composée de très beaux joueurs, qui ont du talent, mais il manque des ouvriers. On a envie de jouer avec beaucoup d'élégance. Nous sommes un peu trop esthètes pour le Top 14. Maintenant, la pression est dans notre camp et nous avons besoin de nous recentrer sur l'essentiel. C'est frustrant de voir la qualité du travail du groupe la semaine et ne pas ressentir la même chose le week-end".

Si le manager du Stade français estime qu’il n’y a aucune crise au sein du club, il attend une réaction et une prise de conscience de la part des joueurs. "Ce n'est pas la causerie de l'encadrement qui nous fera gagner des matches. Ça vient de l'intérieur du groupe. […] On va sans doute mettre plus de contacts et d'opposition dans les séances. Il faut réagir de façon intelligente. Je reste optimiste et ce n'est pas le moment pour tout remettre en question. Il faut être humble et ne pas avoir peur de se dire nos quatre vérités". Les Parisiens devront négocier le déplacement à Bordeaux-Bègles samedi. Sous peine de voir le doute les envahir…