Jules Plisson - 09.02.2013 - Castres / Stade Francais - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Plisson: "Nous ne sommes pas encore une grande équipe"

Plisson: "Nous ne sommes pas encore une grande équipe"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/02/2013 à 13:25 -
Par Rugbyrama - Le 13/02/2013 à 13:25
Encore défait à l'extérieur samedi dernier contre Castres (13-44), le Stade français a fragilisé sa position dans la course aux phases finales. Pour rester dans le coup, il doit faire le plein à domicile, à commencer par la réception de l'Union Bordeaux-Bègles samedi. L'ouvreur Jules Plisson en est conscient...

Comment avez-vous vécu la défaite face à Castres ?

Jules PLISSON : Il faut rester positif même si c’est dur d’encaisser deux fois d’affilée des raclées. Pourtant, contre Castres, nous avons essayé de produire du jeu mais nous avons pris plusieurs contres. Le sort du match a été un peu triste pour nous.

Vous aviez néanmoins l’air plus à l’aise que face à Montpellier...

J.P. : A Montpellier, nous sommes vraiment passés à côté de notre match. Face aux Castrais, nous avons réussi à multiplier les temps de jeu et nous les mettions à mal. C’est délicat de sortir sur une défaite comme ça, mais les grandes équipes se doivent de rebondir et nous auront l’occasion dès le week-end à venir.

Comment allez-vous aborder la réception de Bordeaux ?

J.P. : C’est un match très important, les Girondins viennent d’exploser Toulon 41 à 0 et nous avons hâte de les accueillir pour se remettre dans le droit chemin. Il faut qu’on recommence à gagner des matchs pour amorcer une nouvelle spirale positive.

Est-ce que l’objectif premier du Stade français reste la qualification pour les barrages ?

J.P. : Je pense que pour entrer dans le Top 6, il faut gagner des matchs à l’extérieur. Nous devons aussi nous concentrer et assurer les rencontres à domicile, sachant que nous allons recevoir Toulon et Clermont. Nous parlerons de Top 6 à la fin du championnat. Ce que nous voulons, c'est gagner des matchs et avancer dans le classement.

Vous avez l’étiquette d’une équipe qui ne gagne qu’à domicile. Comment vivez-vous cette situation ?

J.P. : C’est vrai que nous ne gagnons pas beaucoup à l’extérieur mais par rapport à l’année dernière, ce n’est pas le même Stade français. A Castres, nous perdions de trente points, mais nous avons continué à jouer. C’est à nous d’enlever cette étiquette d’équipe qui ne gagne qu’à la maison. Les grandes équipes gagnent aussi à l’extérieur et nous ne sommes pas encore une grande équipe. A nous de tout faire pour le devenir.

A titre personnel, vous revenez de blessure. Comment vous sentez-vous ?

J.P. : Je suis revenu dans un match où il y avait beaucoup d’intensité et après avoir passé six semaines en dehors des terrains, c’est un peu difficile. J’ai essayé de produire du jeu même si j’ai commis quelques erreurs. J’espère continuer contre Bordeaux et apporter le meilleur pour l’équipe.

 
 

commentaires


  • loubiel15/02/2013 08:50

    "Le SF il c'est un peu comme le racing (les autres parisiens)"....!!!! les premiers'(SF) sont Parisiens, le Racing eux, Franciliens, c'est comme si ont disait de Colomier les Toulousains ! mais ont s'éloigne du sujet, et je trouve très juste ton analyse !

  • Funky6314/02/2013 11:28

    Le Stade Français n'est plus une grande équipe depuis qu'il n'y a plus Max Guazzini... Moins de Stade de France, moins de pom-pom girls, moins de pognon tout court... et l'émergence du Racing... On verra dans les années à venir ;)

  • MrBrouks14/02/2013 09:58

    Plisson est quand même l'avenir du XV de France. J'aime bien Lopez mais il est un peu plus fou-fou et peut donc très vite mettre son équipe en danger. Les grands 10 ne sont pas forcément des mecs qui attaquent la ligne, passeent les bras, ou des mecs avec des coups de pied de bourrin. Je trouve Jules mature dans son jeu, il n'en fait pas trop, il cherche à donner son ballon avant de tenter un exploit. Comme signalé il est encore un peu vert, mais il devrait d'ici 1 an commencer le tournois, afin qu'il soit bien dans ses pompes en 2015. Et idem pour Gunther, Connor, Martin, Bonneval, Palliaugue, Buttin, Ben Arous, Orioli, Lapandry, Chavancy, Guyot (s'il retrouve son niveau) BREF... Y a de quoi faire une belle équipe, on a une jolie génération il faut que PSA la lance.