Louis Picamoles - stade toulousain mont-de-marsan - 8 septembre 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Picamoles: "Du plaisir aux deux postes"

Picamoles: "Du plaisir aux deux postes"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/09/2012 à 17:58 -
Par Rugbyrama - Le 13/09/2012 à 17:58
Depuis le début de la saison, Louis Picamoles est autant utilisé à son poste habituel de numéro huit que comme troisième ligne aile. Et s'acclimate à cette nouvelle polyvalence, sur laquelle comptera le Stade toulousain contre Perpignan ce samedi (15h).
 

Lors des quatre premières journées, vous avez été utilisé deux fois en tant que numéro huit, et deux fois en tant que flanker. Pourquoi cette nouvelle polyvalence ?

Louis PICAMOLES: Je ne pense pas que cela date de cette saison. Yannick Bru m'avait déjà utilisé à cette position. C'est un choix du staff, ce n'est pas à moi qu'il faut poser la question. En ce qui me concerne, je le vis comme une évolution. Je prends beaucoup de plaisir à évoluer aux deux postes, cette polyvalence ne peut m'être que bénéfique.

Quelle différence y voyez-vous ?

L.P.: Les deux postes sont vraiment différents, sur les déplacements offensifs comme défensifs. Un troisième ligne aile doit davantage rester sur le premier rideau et coller au ballon, être plus présent dans le combat, tandis qu'un numéro huit effectue davantage de couverture et doit tenir un rôle différent dans le jeu sur les largeurs. Après, chaque joueur a un style qui lui est propre.

N'y a-t-il pas un poste qui ait votre préférence ?

L.P.: Je prends autant de plaisir aux deux postes. Je suis un numéro huit de formation, bien sûr, mais ce qui m'importe, c'est d'être sur le terrain. Je n'ai pas de préférence.

La délocalisation à Montjuic du match de samedi peut-elle avoir une influence sur la performance des Perpignanais ?

L.P.: On essaie de ne pas penser à ça, de se focaliser sur notre performance. Barcelone ou Aimé-Giral, ça ne change pas grand-chose, hormis qu'il y aura peut-être un peu moins de vent... Mais dans la préparation, cela ne change rien, on travaille sur ce que l'on veut mettre en place. Nous avons bien regardé le jeu de l'Usap et nous savons à peu près à quoi nous attendre. Mais bon... On sait très bien qu'avec la vidéo, les équipes évoluent très vite et que nous devrons nous adapter à certaines choses sur le terrain.

Toulouse recevra Toulon dans trois semaines. Les actuels résultats du RCT ne vous obligent-ils pas à glaner rapidement un succès l'extérieur ?

L.P.: Quand on voit qu'une équipe comme Toulon compte déjà trois succès à l'extérieur au bout de quatre journées, on est obligé d'y prêter attention. Jouer les premiers rôles passe par des résultats à l'extérieur. On ne se focalise pas sur les autres pour ne pas nous imposer une pression supplémentaire, mais si l'on veut être performant, cela va passer par là.

Nicolas Mas et Kisi Pulu, les deux piliers droits de l'Usap, sont forfaits. Au vu de la puissance de votre mêlée sur ce début de championnat, comptez-vous appuyer particulièrement sur ce secteur ?

L.P.: Je ne suis pas vraiment spécialiste de la mêlée... Ce qui est certain, c'est qu'à chaque match, les compteurs sont remis à zéro. Sur un match, tout peut aller très vite. Il n'y aura pas d'excès de confiance de notre part. La mêlée est un secteur qui influe beaucoup sur le sort d'un match, et nous avons travaillé pour essayer d'être performant là-dessus.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×