Hume - Perpignan Bayonne - 8 septembre 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Perpignan peut enfin respirer

Perpignan peut enfin respirer

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 09/09/2012 à 12:57 -
Par Rugbyrama - Le 09/09/2012 à 12:57
Grâce aux 18 points au pied de Hook, Perpignan décroche son premier succès face à Bayonne (18-13), indiscipliné mais supérieur en mêlée.
 

L’Usap a souffert, mais l’Usap a gagné. A domicile. Enfin. Bien que terriblement diminuée, notamment en première ligne avec les forfaits de Kisi Pulu et du capitaine Nicolas Mas, l’Usap a tenu bon, à l’image de Jérémy Castex, le gaucher reconverti en l'espace d'une semaine en droitier, qui a tenu presqu’une heure face à des spécialistes du poste. Pour réaliser son dessein, elle a fait perdre son sang froid à l’équipe qui, avant cette rencontre, pouvait se targuer d’être la plus disciplinée du Top 14. A Aimé-Giral, les Bayonnais ont perdu leurs nerfs, comme en témoignent les deux cartons jaunes reçus (contre Mike Phillips, coupable d'une charge à l'épaule inutile, et Guillaume Bernad, dont le manque de lucidité a parfois gâché un engagement sans faille). Réduits à quatorze pendant vingt minutes, les Bayonnais n’ont pu faire mieux de revenir du pays catalan avec un point de bonus défensif.

Le deuxième acte laissait pourtant entrevoir une toute autre issue. Etouffé en mêlée fermée après les entrées simultanées de Boutaty, Boyoud, et Iguiniz, le pack de l’Usap souffrait le martyre. Acculé sous ses poteaux, il vécut dix terribles minutes qui débouchèrent sur l’essai de pénalité qui relança le match (15-13 à la 63e).

L’instinct de survie catalan

Seulement voilà, comme l’avait laissé présager sa prestation de la semaine dernière contre Clermont, l’Usap ne voulait pas mourir. L’essai de pénalité eu l’effet d’un électrochoc, qui éveilla chez les Catalans leur rage de vivre. Aussitôt de retour dans le camp bayonnais, ils multipliaient les charges. Narraway manquait même de marquer un essai. Quelques temps de jeu plus tard, Guillaume Bernad écopait d'un carton jaune après une charge à l’épaule. James Hook, auteur d’un remarquable match (assorti d’un 6/7 au pied), scellait le score final. L’Aviron allait bien revenir dans le camp adverse, et même trouver trois touches, mais aucun des lancers ne fut exploitable (deux non rectilignes, un contré). L’Usap pouvait souffler... et Aimé-Giral avec elle.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×