Jonathan PELISSIE 2 - grenoble biarritz - 1 novembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Pélissié impeccable, Toulouse se reprend

Pélissié impeccable, Toulouse se reprend

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 02/11/2012 à 14:28 -
Par Rugbyrama - Le 02/11/2012 à 14:28
Inspiré et en réussite, Jonathan Pélissié a conduit Grenoble au succès contre Biarritz alors que Toulouse s'est repris. Les temps forts de la 10e journée.
 

A LA HAUSSE

Toulouse

Piqués au vif d’avoir été défaits sur la pelouse du Stade de France par le Stade français (28-24), les Toulousains se devaient de réagir face à une équipe du Racing qui, elle aussi, était en quête de points. Mis sous pression par les résultats du leader toulonnais, suivi de près par le dauphin clermontois, les hommes de Guy Novès ne pouvaient se permettre de concéder davantage de terrain. Et la réponse toulousaine fut on ne peut plus claire : trente-deux points, quatre essais, un point de bonus offensif, le tout obtenu au terme d’une prestation maîtrisée de bout en bout.

A LA BAISSE

Bordeaux-Bègles

S’ils ont évité le piège montois en s’imposant à Guy-Boniface la semaine dernière, les Girondins ne se sont, cette fois, pas montrés en mesure de décrocher un point de bonus défensif chez Bayonne, un concurrent direct dans la course au maintien, en s’inclinant 22-11. Résultat, les Girondins replongent dans la zone rouge, au coude à coude avec Agen. Seule source de consolation, les Girondins peuvent se dire que les Agenais ont enregistré un tout aussi mauvais résultat, chutant pour la quatrième fois à Armandie.

LE JOUEUR

Jonathan Pélissié, Grenoble

Après dix journées de championnat, Grenoble est européen ! Qui l’eut cru ? Fort d’un groupe et d’un staff stable, le FCG a gravi la marche du Top 14 sans peine, et a fait de Lesdiguières une véritable forteresse. Cette fois, ce sont les Biarrots qui y ont chuté. Et le jeune ouvreur grenoblois, Jonathan Pélissié, est pour beaucoup dans ce succès. Impeccable dans la conduite du jeu, irréprochable dans son jeu au pied (il signe un sans-faute sur ses huit tentatives), le jeune ouvreur polyvalent (il évolue aussi à la mêlée) a encore démontré toute l’étendue de son talent.

L’ESSAI

Rory Kockott, Castres

Bien heureux les spectateurs qui eurent la bonne idée de se rendre à Pierre-Antoine, où un véritable feu d’artifice fut tiré entre Castres et Perpignan (38-36). Parmi les dynamiteurs du jour, on trouva l’arrière de Castres et du XV de France, Brice Dulin, impliqué sur deux des trois essais de son équipe. Peu avant la pause, le flanker catalan Strokosch tapait au pied sur ses 22 mètres. Manque de chance, il trouvait Dulin, au milieu du terrain, qui relançait, fixait un premier défenseur, avant de se raviser et de partir petit côté pour prendre à revers la défense catalane qui se replaçait. Dulin trouvait alors la brèche, accélérait, avant de taper par-dessus à destination de son demi de mêlée pour se jouer du dernier défenseur. Kockott n’avait plus qu’à terminer le travail.

LA STAT

6

Le nombre d’équipes qui ont été en mesure de s’imposer à domicile. Seul Agen n’a pas rempli sa mission, subissant la loi du dauphin clermontois. Les Agenais ont engrangé seulement onze points en six rencontres disputées à Armandie... inquiétant.

LA DECLA

François Trinh-Duc (demi d'ouverture de Montpellier)

"Je retiens le bonus offensif même s'il n'y a pas eu la manière que tout le monde a espéré. On a souffert, on a été contrarié par des sorties de balle ralenties. On n'a pas réussi à bien imposer notre jeu devant une équipe de Mont-de-Marsan, présente dans les rucks. Si on va à Toulouse et que l'on reproduit un tel match, cela va être compliqué".