Justin Purll - Bordeaux bègles stade francais - 15 septembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Bordeaux-Bègles croque à nouveau le Stade français

Bordeaux-Bègles croque à nouveau le Stade français

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 15/09/2012 à 22:51 -
Par Rugbyrama - Le 15/09/2012 à 22:51
Humilié à Chaban-Delmas l’an passé, le Stade français a frôlé le bonus défensif cette fois-ci. Victoire logique (30-22) pour l’UBB qui était bien plus dangereuse. Le club parisien va devoir se remettre en question.

Les Parisiens venaient à Bordeaux afin de retrouver des couleurs, après un début de saison très mitigé. Les joueurs de l’UBB, quant à eux, se devaient de remporter ce match à tout prix, fleurtant avec la zone de relégation avant la rencontre. L’entame de match était très équilibrée à Chaban-Delmas, Camille Lopez et Jérôme Porical se livrant un duel de buteurs sereins. Mais le jeu, malgré l'enjeu, ne se fermait pas: des turnovers, des contre-attaques, des courses folles. L’importance du résultat n’avait pas crispé les trente acteurs de cette partie. Les trente premières minutes étaient globalement bien maîtrisées par les joueurs locaux, leur jeu restant structuré malgré l’aspect un peu fou-fou de certaines de leurs séquences.

Le triangle offensif Reihanna-Connor-Talebula avait clairement des fourmis dans les jambes, profitant de chaque situation favorable à une relance. Les soutiens étaient régulièrement présents, privant les Franciliens de munitions. Juste avant la mi-temps, Camille Lopez validait la légère domination des siens en terme de possession et d’occupation par un drop qui permettait à l’UBB de rentrer aux vestiaires avec trois points d’avance. Sans vraiment rien montrer, les joueurs du Stade français restaient au contact tout de même.

Un final à rebondissements

Mettre la main sur le ballon, voilà ce qu’il a manqué aux Parisiens en première période. A la reprise de la rencontre, les débats se trouvaient de nouveau équilibrés durant les premières minutes de ce second acte. Paris toujours mené de trois points, Porical connaissait son premier échec alors qu’il avait l’occasion d’égaliser après une faute de la troisième-ligne bordelo-béglaise au sol. Dans la foulée, la bataille du sol était remportée par les avants bèglais. Sanction immédiate: Camille Lopez ajustait lui la mire et permettait aux Bordelais de réaliser un mini-break. À la cinquantième minute de jeu, l’UBB menait de six points, 15 à 9. Un tournant du match en quelque sorte, qui allait coûter cher au Stade français, qui dans l’action qui suivait, commettait un en-avant par Parisse. Sur la mêlée, Adams sert Connor qui s’infiltrait. Du regroupement à cinq mètres de la ligne s’extirpait Heini Adams, qui filait à l’essai.

D’un possible 12 partout, le score enflait jusqu’à 22-9 en quelques minutes seulement! L’heure de jeu passée, les visiteurs essayaient de réagir mais restaient assez innofensifs. Et comme souvent dans ce cas-là, l’équipe qui butait sur la défense adverse encaissait un contre. Talebula galopait sur son aile et servait Félix Le Bourhis pour l’essai du KO. Mais sur le renvoi, Paul Williams inscrivait également un essai pour Paris, qui n’était donc pas mort. Huit points d’écart à quelques minutes de la fin. Le bonus défensif devenait alors la priorité francilienne. Le salut passa alors par une mêlée bien négociée, qui permettait à Porical de marquer la pénalité du point de bonus défensif. C’était sans compter sur une faute un peu bête d’Hugo Bonneval, partit devant le ballon sur une passe au pied et qui offrait donc trois points à Emmanuel Saubusse. 30 à 22, score final.