Alexis PALISSON - 14.09.2012 - Montpellier / Toulon - Icon Sport
 
Top 14

Palisson (Toulon): "Depuis un mois, le temps est plus long"

Palisson: "Depuis un mois, le temps est plus long"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/12/2012 à 10:03 -
Par Rugbyrama - Le 20/12/2012 à 10:03
Après trois mois d'absence, l'ailier ou arrière international de Toulon, Alexis Palisson, est à nouveau opérationnel. Alors qu'il semble encore un peu juste pour être aligné dès samedi à Agen et qu'il pourrait patienter jusqu'à la réception de Perpignan dans dix jours, le joueur se confie sur son retour à la compétition.
 

Comment vous sentez-vous ?

Alexis PALISSON : Je me suis bien remis de ma blessure au dos même s’il y a eu cette petite entorse à la cheville lors de la reprise de la course. Le staff a voulu me laisser plus de temps pour récupérer. Contre Perpignan la semaine prochaine, ce sera la date anniversaire : cela fera trois mois que j’ai été touché. C’est le temps qu’il aura fallu pour que l’os soit parfaitement rétabli.

Avez-vous mal vécu votre longue indisponibilité ?

A.P. : Pas les deux premiers mois. Il y a eu ma prolongation à Toulon et j’ai acheté une maison à La Valette. J’ai donc eu l’esprit occupé et moins pensé à la blessure. La négociation du contrat m’a permis de savoir ce que j’allais faire lors des prochaines saisons. Mais depuis un mois, le temps était devenu plus long. Là, j’ai eu un peu plus de mal à encaisser et à réaliser. J’ai suivi l’équipe mais on se sent un peu en-dehors du groupe. J’avais hâte de retrouver les terrains, de partager ces moments avec mes partenaires, ces instants où tu pénètres sur la pelouse. Et si je ne ressens pas trop la pression en jouant, je suis beaucoup plus stressé quand j’assiste aux matchs avec un regard extérieur.

Comment jugez-vous les récentes performances de Toulon ?

A.P. : Elles ont été impressionnantes. On savait que Toulon possédait un effectif riche mais on ne pensait pas que la sauce prendrait si vite. Ce qu’il se passe dans ce groupe, sur et en-dehors du terrain, est exceptionnel. Mais sa principale force, c’est de parvenir à se remettre toujours en question, même après un gros succès. On voit que le RCT n’est pas à l’abri. On connaît des blessures, comme la dernière en date de Bakkies Botha, mais cette équipe parvient à rebondir à chaque fois.

Votre effectif paraît plus dense. Est-ce qu’il manquait ?

A.P. : C’est vrai, il est complet et nous sommes donc compétitifs sur les deux tableaux. Mais la saison va se jouer sur quelques matchs à la fin. Il faut se faciliter la tâche avant mais ce sont ces matchs-là qu’il faudra gagner pour franchir un cap supplémentaire. L’an passé, nous avons perdu en finale... Le cap suivant, on le connaît. On a échoué si près qu’on veut le passer.

Vous étiez forfait pour la tournée automnale des Bleus. Avez-vous peur d’avoir raté le bon wagon ?

A.P. : J’ai été déçu de ne pas participer à la fête mais je me suis régalé devant ma télé. Quand je ne suis pas sur le terrain, je suis le premier supporter des Bleus et j’étais heureux des victoires. Après, j’ai bien sûr le Tournoi ou la tournée d’été dans un coin de la tête. Quand on y goûte, on a envie d’en reprendre.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×