Romain Millo-Chluski - Toulouse Racing - 1 novembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Millo-Chluski: "Toulouse doit être le plus propre possible"

Millo-Chluski: "Toulouse doit être le plus propre possible"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 04/01/2013 à 11:47 -
Par Rugbyrama - Le 04/01/2013 à 11:47
Pour Romain Millo Chluski, le deuxième ligne toulousain, le déplacement du Stade à Mont-de-Marsan ne s'annonce surtout pas comme une partie de plaisir. Et le résultat dépendra de la capacité de son équipe à mettre son jeu en place.

Toulouse se déplace chez le promu montois, qui n'a encore pas gagné de la saison à domicile. Sur le papier, la victoire paraît la seule alternative...

Romain MILLO-CHLUSKI: Il s'agit d'un match qui peut se présenter comme un piège si l'on se fie seulement à leurs derniers résultats. Sauf que ceux-là ne reflètent pas la qualité de cette équipe. L'équipe du Stade toulousain a besoin d'un résultat mais les Montois ne l'entendent pas de cette oreille. Tout le monde est persuadé que ce sera très difficile.

D'autant que tout le monde se souvient qu'au match aller, à la 60e, les Montois menaient au score...

R.M.C.: Je n'avais pas joué au match aller, mais cela avait été très dur... il nous faudra être le plus propre possible, dans la continuité du match de Castres. La semaine dernière, on a beaucoup parlé d'orgueil. Mais il y a aussi eu une bonne mêlée, et aussi mettre au point la touche qui n'a pas bien fonctionné le week-end dernier.

Comment expliquer ces ballons perdus dans l'alignement à Pierre-Antoine ?

R.M.C.: Il y a eu du déchet, parce que nous avions changé quelques petites choses avant d'affronter Castres. Nous avons essayé de mettre en place des petits trucs pour surprendre l'alignement castrais, mais dans le brouhaha, il y a eu quelques incompréhensions. Je me souviens aussi que nous avons concédé un bras cassé sur un alignement où nous n'étions pas placés à temps. C'est un secteur sur lequel nous avons évidemment planché cette semaine.

La mêlée a donné satisfaction à Castres. Celle de Mont-de-Marsan a également été très dominatrice contre Biarritz. A ce titre, qu'avez-vous pensé de la fin de match des Montois la semaine dernière ?

R.M.C.: No comment. Certains pourront dire que ce résultat ne reflète pas la physionomie de la fin de partie. Mais ce n'est pas à moi d'en juger.

À titre individuel, vous enchaînez enfin les matchs. De bon augure pour la nouvelle année...

R.M.C.: (sourire) Personnellement, cela va mieux. J'espère que 2013 ne sera pas identique à 2012, avec ces blessures à répétition, cette épaule récalcitrante. Cela fait du bien d'enchaîner les matchs, car cela permet d'emmagasiner de la confiance pour la suite. Il est tout de même plus facile de faire pleinement partie d'un groupe plutôt que de travailler seul dans son coin pour retrouver ses moyens physiques...

De fait, la deuxième ligne du Stade connaît une nouvelle concurrence après s'être beaucoup appuyée sur le duo Albacete-Maestri...

R.M.C.: La saison dernière, Yoann Maestri a beaucoup joué et il ne le doit qu'à lui-même. Cette année, nous tournons plus, et il faut prendre cela du côté positif. Pour moi, c'est une satisfaction, et pour l'équipe, c'est bénéfique. Cette concurrence permet de créer une fabuleuse dynamique, une véritable émulation.