Top 14

Millo-Chluski: "J'ai vécu des semaines pénibles"

Après avoir effectué son grand retour la semaine dernière à Biarritz, le deuxième ligne international, Romain Millo-Chluski, a joué 80 minutes sous le maillot toulousain pour la première fois depuis le 30 mars. Et largement contribué à la grande performance du pack stadiste.

 
Millo-Chluski se livre - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Après une saison perturbée par les pépins physiques, on imagine une grande satisfaction quant au fait d'avoir joué un match entier...

Romain MILLO-CHLUSKI: A Biarritz, j'avais beaucoup de joie en retrouvant les terrains. Et là, ça me fait particulièrement plaisir d'avoir joué 80 minutes.

Comment va votre épaule ?

R. M.-C: Beaucoup mieux... J'ai été très bien pris en charge par le staff médical du Stade. J'ai vécu de longues semaines, assez pénibles, à effectuer un travail physique en marge de mes partenaires, mais avec une féroce envie de retrouver le groupe.

Avez-vous imaginé l'éventualité d'une opération ?

R. M.-C. : Non, je n'ai jamais pensé à l'opération, car je savais ce dont je souffrais: un gros coup sur la tête de l'humérus qui me procurait de grosses douleurs, aggravées par le cumul de mes deux luxations de l'épaule.

Si Toulouse a pu marquer huit essais face à Agen, c'est en grande partie parce que l'équipe a su faire les choses dans l'ordre, en faisant le nécessaire en conquête...

R. M.-C: Contre Mont-de-Marsan, l'avertissement avait été sans frais. Mine de rien, nous nous étions déjà un peu retrouvés à Biarritz. Cette semaine, nous avons beaucoup travaillé de façon à pratiquer un jeu simple, car nous savions quel genre de match nous attendait contre Agen. Leurs entraîneurs avaient fait tourner l'équipe, et c'est exactement le genre de partie qu'il faut savoir prendre par le bon bout.

En fournissant à votre charnière, pour la première fois de la saison, des ballons propres...

R. M.-C: En effectuant le nécessaire dans les phases de combat, nous avons pu poser notre jeu, notamment en fin de match. Nous avons pu donner de la vitesse au jeu. Même sans être très nombreux, si l'on arrive à 2 et 3 dans les rucks mais en se montrant très déterminé, on peut placer notre 9 dans de bonnes conditions. Mais bon, il faut relativiser la portée de ce résultat, et surtout ne pas s'emballer avant notre déplacement à Perpignan.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |