Benoit Paillaugue - Biarritz Montpellier - 8 septembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Paillaugue: "La peur doit nous aider à battre Toulon"

Paillaugue: "La peur doit nous aider à battre Toulon"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/09/2012 à 18:39 -
Par Rugbyrama - Le 14/09/2012 à 18:39
Montpellier s’apprête à recevoir Toulon, leader du Top 14, ce vendredi soir (20h50). A quelques jours de ce choc, le demi de mêlée du MHR, Benoît Paillaugue, qui signe un excellent début de saison avec le club héraultais, évoque la pression qui pèse sur son club.

Parfois, la peur inhibe les âmes, douche les ardeurs, rince les volontés. Parfois, elle transcende, sublime, galvanise. De quel côté les esprits montpelliérains vont-ils basculer, ce vendredi soir, quand il faudra faire face à la colonne de chars toulonnais ? Comment vont-ils se comporter face à l’épouvantail du Top 14, Toulon, qui réalise jusqu’à maintenant un sans-faute, même loin de ses terres (trois victoires à l’extérieur) ? Personne, à l’heure actuelle, ne peut y répondre. Mais les principaux intéressés savent, au fond d’eux-mêmes que la peur de l’échec peut les aider a relever ce défi.

Entre excitation et appréhension, le cœur de Benoît Paillaugue, le demi-de-mêlée du MHR qui réalise un début de saison tonitruant, balance: "Toulon compte quatre victoires, dont trois à l'extérieur. Il y a des stars à chaque poste, les remplaçants sont parfois meilleurs que ceux qui jouent. Je pense qu'il faut avoir un peu peur d'eux pour se transcender et réussir un gros match, comme nous l'avons fait devant Clermont (victoire 13-8 lors de la 2e journée, ndlr). On aimerait être la première équipe à les accrocher ou les faire tomber. Toulon est bon partout. Ils sont bons en défense, bons en attaque... Ils sont tout simplement très impressionnants".

Montpellier diminué

Seulement voilà. Si Montpellier dispose d’une équipe de qualité pour se mesurer au leader du Top 14, l’effectif héraultais n’en reste pas moins diminué de plusieurs cadres: Creevy, Fernandez, Amorosino, pour ne citer qu’eux disputent les Four-Nations. D’autres, comme Jgenti, Audrin, Ladhuie ou Martin sont sur le flanc. Là encore, Paillaugue se veut optimiste: "On a de petits soucis devant mais j'ai confiance en cette équipe. Depuis le début de saison, comme depuis pas mal d'années, on a toujours des blessés, mais on a toujours réussi à relever la tête. Le fait d'être affaibli en première ligne est un challenge supplémentaire".

Et toujours cette trouille: "On a peur de prendre une leçon car Toulon est invaincu et bon dans tous les secteurs. Cette peur doit nous aider et générer une bonne pression. De toute manière, sur le plan individuel, on sait que l'on est moins fort qu'eux..."  Mais elle appelle à un salut collectif: "Si collectivement on est tous sur la même longueur d'onde, on peut les inquiéter. Si on parvient à les contrer autour de notre défense, si les Toulonnais ne parviennent pas à nous franchir et à se faire quelques passes, ils peuvent douter car ils n'ont pas l'habitude de se faire malmener".  La victoire vaut bien une bonne frousse.