Maka - Toulouse Castres - 17 aout 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Le tour de Midi Olympique

Le tour de Midi Olympique

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 21/08/2012 à 15:11 -
Par Rugbyrama - Le 21/08/2012 à 15:11
Comme chaque semaine, les envoyés spéciaux de Midi Olympique décryptent, à travers une anecdote, un joueur ou une image insolite, les moments forts du week-end. Là, ils reviennent sur la première d'Edwin Maka, les 16 plaquages de Bardy, la déception de Sella ou le retour en forme de Porical.
 

Biarritz/Mont-de-Marsan: 35-10. Grégory LETORT

Biarritz a pris les devants. Première journée, première victoire, premier bonus offensif. Voilà le B.O. leader. Oublié le terrible début saison 2011/2012: le club basque reste sur la lancée de sa deuxième partie de championnat qui l'avait vu opérer une remontée fantastique et accrocher même une qualification en H Cup. Certes, Biarritz a simplement assuré l'essentiel en dominant le promu Mont-de-Marsan. Mais s'il est des progrès à effectuer - mêlée, défense, fautes de mains - il y a aussi des promesses déjà évidentes qui s'articulent autour de l'association Traille-Barraque au centre, de la forme internationale de Lauret ou Lakafia, de la sérénité de Julien Peyrelongue mais aussi de l'humilité et de l'ambition transpirant de cette équipe. Biarritz est leader et  cela ne se néglige pas: cela n'était plus arrivé depuis mai 2006. Cette année-là, le BO finissait avec le Brennus. D'évidence Biarritz se donne les moyens de tourner la page 2011/2012.

Bayonne/Clermont: 6-13. Léo FAURE

Julien Bardy est un atypique. Un joueur attachant et au parcours particulier: après avoir commencé le rugby sur le tard, il a connu une année de chômage. Des péripéties qui ont aussi contribué à forger son caractère. Samedi à Bayonne, dans un match taillé pour lui où le combat, au sol ou debout, a pris le pas sur les envies de grand large, le troisième ligne auvergnat s’est régalé: 16 plaquages (défenseur le plus actif de la partie) et une faculté de dédoublement impressionnante, au sein d’une troisième ligne souveraine. "Il a beaucoup plaqué mais surtout, il a mis des plaquages positifs, en avançant", appréciait Vern Cotter après la rencontre. Avec des joueurs du calibre de Julien Bonnaire ou Gherard Vosloo blessés, beaucoup de club auraient souffert en troisième ligne. Clermont s’en sort lui à merveille, en s’appuyant sur son centre de formation. Une fois de plus.

Agen/Racing-Metro: 20-24. Emilie DUDON

Agen avait rêvé d'autre chose. Dans l'imaginaire collectif, la première de Philippe Sella à Armandie devait être une fête, un feu d'artifice. Le public agenais attendait depuis si longtemps le retour au club de l'international aux 111 sélections... Las, le nouveau directeur du rugby agenais a subi son premier revers dès son premier match à la tête du SUALG. Tout avait bien commencé pourtant, avec une entame parfaite, une équipe dominatrice et un essai marqué dès le quart d'heure de jeu. Les ambitions offensives affichées par le nouveau staff étaient appliquées à merveille. Et puis, après la première pause fraîcheur, tout s'est déréglé. Les Agenais ont commencé à tâtonner, à douter et ont finalement laissé le Racing-Metro reprendre les devants pour s'imposer 24-20. Dès la deuxième jounée, Agen se retrouve sous pression au moment de recevoir Biarritz (samedi, 18h30). La pression ? "Elle sera dans le ventre ce soir", souriait Philippe Sella après le match. Malgré la "déception", il insistait sur "les choses très intéressantes" montrées par ses joueurs durant le premier acte. Expert en communication, le nouveau directeur agenais a positivé. Comment faire autrement ? Tout changer, ça prend du temps. Mais Agen n'en a pas tellement. Un deuxième rendez-vous manqué rendrait, déjà, la tâche très compliquée.

Perpignan-Toulon: 15-21. Pierre-Laurent GOU

Toulon n’est peut-être pas encore une dream team, mais le RCT fait déjà recette ! Samedi soir à Aimé Giral, ils étaient 14 442 spectateurs qui pour la plupart avaient payé leur place pour supporter l’Usap mais aussi observer de près les stars toulonnaises. Samedi, on annonce aussi la grande foule en plein mois d’août aux portes de Paris, au Racing. Une semaine plus tard dans les Landes, la venue de Wilkinson ou Michalak et consorts, sera une deuxième fête de Madeleine. Et plus tard, Agen accueillera peut être la constellation toulonnaise à la Beaujoire à Nantes. La dernière fois que la saison de Toulon s’était transformée en une tournée de pop-stars, c’était en 2006, lors du titre de champion de France de Pro D2… De bon augure.

Bordeaux-Bègles/Grenoble: 28-29. Jérôme PREVOT

Gloire à Kenan Mutapcic. A bientôt 33 ans, ce pilier de devoir a été l'un des hommes de cette première journée du Top 14. Il a marqué le premier essai du match Bordeaux-Grenoble et il a provoqué le second en ratissant un ballon dans un regroupement adverse. Personne ne s'attendait vraiment à cette victoire à l'extérieur des Isérois, et personne hors de la région Rhône-Alpes n'avait vraiment entendu parler de ce joueur international bosnien. Il a attendu l'âge de la retraite pour découvrir l'Elite et s'y trouver, au moins pour un match, comme un poisson dans l'eau.

Toulouse-Castres: 23-22. Nicolas ZANARDI

En avant ou pas ? La question a taraudé les supporters toulousains de longues minutes, pendant la délibération de l'arbitre vidéo quant à la validité de l'essai de Timoci Matanavou. On jouait la 72e minute, et de cette décision, un derby entier dépendait. Le hic ? C'est qu'aucun plan ne venait vraiment valider - ou infirmer- le doute de M. Poite au sujet de la passe d'Edwin Maka. En l'absence de preuves, ou de certitudes, le doute bénéficia donc à la fois à l'attaque et à l'accusé. Un accusé dont on reparlera très vite, on en fiche notre billet. Car outre cette passe décisive fixant trois défenseurs, Edwin Maka a sonné du haut de ses 19 ans quelques charges dont les joueurs castrais se souviendront longtemps. "On perdait avant qu'il ne pénètre sur la pelouse, il a donc probablement fait une bonne entrée", souriait Guy Novès au sujet de son "petit impact-player de 140 kg". Un impact-player digne de ses oncles Isitolo et Finau, dont on devrait entendre parler dans les mois et années à venir. Peut-être même dès ce week-end, contre Mont-de-Marsan...

Stade français-Montpellier: 32-16. Vincent BISSONNET

"Je vais repartir de zéro. C'est un défi très important à un tournant de ma carrière. J'espère prouver ma valeur rapidement. Car quand tu n'enchaînes pas, il est impossible d'avoir de la confiance. J'ai une belle carte à jouer, il ne faudra pas la manquer." Au moment de quitter Perpignan pour Paris, Jérôme Porical partait dans l'inconnu. Sa première prestation sous ses nouvelles couleurs aura rassuré tout le monde avec un 8/8 au pied et une belle tenue générale. "Il y a longtemps que je n'avais pas réussi un match aussi plein", reconnaît l'international dans Midi Olympique. Alors, non, l'arrière catalan n'est pas fini et son talent ne s'est pas évanoui. Mais la saison dernière, aussi, il avait réalisé des débuts tonitruants avant de s'effacer et de disparaître de la circulation. Sans régularité, à quoi bon le talent ?

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×